Vera
  • Éditeur: Payot et Rivages
  • Rencard:
  • Langue: Frances
  • ISBN: 2743640553
  • Tags: mystère, roman, roman d'amour, apprentissage, alcool,

Télécharger le livre Vera gratuitement en français gratuitement

Sonny est un Irlandais de 16 ans qui en rêve, et quand il rencontre les yeux de Vera, sa beauté lui donne immédiatement le vertige. Elle oublie tout : la boucherie où elle travaille après l'école, sa mère languissant dans la cuisine, son père irresponsable qui perd l'argent de la famille en jouant. Vera ne dit jamais son âgeMais elle peut écouter Sonny comme personne d'autre ne l'a fait jusqu'iciVera et Sonny va vivre une histoire. Intense, dévastateur et sublime. Nous savons dès les premiers gestes de tendresse que l'état de grâce ne peut durer, mais nous nous laissons emporter par la précision de l'écriture, par la puissance émotionnelle de ce roman. Comme le cinéaste Kenneth Lonergan dans Manchester for The Sea, Karl Geary a composé un mélodrame émouvant, tandis que...

Karl Geary

Karl Geary

Nationalité : Irlande Né à : Dublin, 31/05/1972 Biographie : Né à Dublin en 1972, Karl Geary quitte l'Irlande à l'âge de 16 ans pour aller aux Etats-Unis. Quelques années plus tard, il remporte sa "carte verte" à la loterie. Vu par un agent, il est devenu mannequin puis acteur. Il a joué dans de nombreux films et séries, du Jimmy's Hall de Ken Loach à Hamlet, en passant par Sex and The City. Avec un ami, il fonde également le "Café Sin-é" à New York, dans l'East Village, une scène mythique où Jeff Buckley jouera. Il continue à faire de la comédie, mais travaille aussi comme scénariste pour Hollywood. Il vit entre Brooklyn et l'Ecosse. Source : Payot et Rivages Ajouter des informations

Critiques

23-10-2019

Karl Geary, auteur de son premier roman, utilise la deuxième personne du singulier pour parler à Sonny Knolls, un jeune homme de 16 ans que nous suivons tout au long d'un livre qui aurait bien pu emprunter son nom pour le titre. Nous sommes en Irlande, à Dublin. Dès les premières lignes, un peu intrigantes et rapidement captivantes, je me suis accroché à cet adolescent ingénieux, craintif, respectueux et audacieux. Les filles, les femmes, l'amour, le sexe, toutes ces choses fonctionnent beaucoup pour lui, mais il doit aussi faire face à une vie difficile, des parents qui ne s'entendent pas, des frères et sœurs indifférents. La violence est toujours prête à détruire sa vie, mais il y a Sharon, la mariée, et surtout Vera... Au rythme de quarante chapitres, bien engagés, l'auteur s'immerge dans la vie quotidienne d'un jeune homme d'une famille qui vit loin des beaux quartiers et j'ai pensé, en lisant, que ce serait un excellent sujet pour un film de Ken Loach. C'est précisément dans ces beaux quartiers que Sonny les rencontre au hasard dans un petit chantier de construction où il tend la main à son père, qui frappe alors tout dans le jeu. Cette femme qui a vu puis est allée demander du thé l'a fasciné très vite. Voilà donc Vera avec qui elle partage un amour immense qui perturbe la société. Vera est lucide : "Nous sommes serre-livres, toi et moi. Votre esprit est projeté, avancé, vous pensez à l'avenir. Je pense au passé, je pense..." Il ne va pas plus loin, gardant ses secrets pour lui. Elle sait que tout ce que vous traversez ensemble n'est qu'une parenthèse et elle ne veut pas être un fardeau pour l'avenir d'un jeune homme aussi sincère. Vera nous plonge dans l'histoire émouvante d'un jeune Irlandais et de son amour fou pour une femme plus âgée, mais c'est un roman qui nous fait penser aux dégâts sociaux causés par la précarité, le chômage, un système éducatif qui exclut les plus faibles, la dépendance au jeu et les ravages causés par l'alcool, excluant toute préoccupation morale. J'ai beaucoup aimé ce livre, qui n'est pas seulement une histoire d'amour inhabituelle, mais aussi une immersion dans la société irlandaise d'aujourd'hui que Karl Geary dirige d'une manière vivante et efficace, réservant des surprises et des émotions à son lecteur.

22-10-2019

L'originalité de cette histoire réside dans le choix de la deuxième personne au singulier pour raconter le destin de Sonny, ce qui est surprenant mais donne l'impression d'inclure le lecteur, créant une proximité. Le jeune homme de seize ans combine ses études avec un travail de boucher à la fin de la journée, et ses rencontres avec son amie Sharon, une confidente, sont truffées d'alcool et de tabac. Son larcin lui a valu l'exclusion. C'est en aidant son père qu'elle rencontre Vera, la propriétaire de la maison. Intrigué, mais aussi attiré par cette mystérieuse Anglaise, il tente de la deviner en s'introduisant chez elle, en son absence. Les livres seraient sa façon de fuir son environnement défavorisé, de s'isoler dans la remise pour lire. Elle découvre la joie de lire à Vera, hospitalisée, après s'être suicidée. Il lui ouvre la voie de la peinture (Galerie nationale) et la porte du désir. L'auteur peint une fresque de l'Irlande, avec ses maisons en briques rouges, son système hospitalier qu'il ne faut pas envier (8 lits dans la même chambre), à une époque où fumer est permis dans une salle de cinéma. Sa ville miraculeuse, Knock, la Lourdes irlandaise. Une histoire traversée par une multitude de bruits : le bruit de la théière, le murmure, le bruit d'un sac en plastique, le grincement des pierres sous les marches, le rugissement du moteur, le son atroce du téléphone, le son de l'aspiration, ? Karl Geary a écrit un roman sonore, initiatique, cinématographique et émouvant, qui alterne dialogues (parfois grossiers) et descriptions extrêmement précises, et représente deux solitudes dentelées, aux origines socialement opposées, qui ont su se domestiquer puis s'aimer. Deux êtres sensibles, attachants et combattants : Eros contre Thanatos, qui est tenu en suspens.

21-10-2019

Le début du roman n'est pas immédiatement convaincant : la narration à la deuxième personne est quelque peu déroutante. Mais, très vite l'histoire se développe et se "dévore", Sonny, le personnage central, jeune rêveur adolescent affaibli par sa condition sociale dans les quartiers pauvres de Dublin, se déplace dans sa quête d'identité et d'amour, Vera, l'énigmatique et belle femme que Sonny aime est tout aussi bouleversante. Tous les autres personnages sont également très présents, y compris la mère de Sonny et Sharon, l'amie adolescente rebelle de Sonny. Bref, une galerie de portraits réalistes et délicats, une grande "histoire d'amour qui finit mal" et un beau roman initiatique. Karl Geary sera un écrivain à suivre ! Mon préféré pour ce premier semestre 2018 de découvertes littéraires !

20-10-2019

"Elle leva les yeux et sans vouloir être effrontée, tu t'es permis de la regarder. Elle n'était pas du tout vieille, pas comme vous l'aviez imaginé - elle vous a surpris - mais elle n'était pas jeune non plus. Elle était magnifique. " Sonny, un jeune Irlandais de 16 ans, ne s'attendait pas à faire une telle rencontre en aidant son père. Un regard suffit pour le faire tomber amoureux. "Tu rêvais d'être le héros qui la sauverait, même avec tout ce que tu ne savais pas d'elle. " Il vit dans les beaux quartiers de Dublin. Une femme élégante, pleine de charme, comme son prénom, Vera. Sonny, qui tente d'échapper à son destin sans horizon, rêve de partager le monde de Vera. "Tu menais une vie ordinaire et tu le savais très bien. Malgré son manque d'éloquence, Sonny est sous le charme. "Tu n'as jamais compris comment c'était pour les gens quand ils te disaient beaucoup de choses sans ouvrir la bouche. " Malgré tout ce qui les sépare, ils vivront une passion vertigineuse, intense, dévastatrice, fascinante, magnifique... "Tout en elle était triste, surtout quand elle souriait. " A travers ce magnifique premier roman, l'auteur nous offre une œuvre sensible, touchante et sensible. Une histoire émotionnellement très forte avec un pouvoir de séduction extraordinaire. Un stylo qui nous transporte aussi intensément que cette belle histoire d'amour interdite par la morale. Des mots qui vous touchent, vous électrisent, vous ennuient, vous submergent même. Un roman aussi séduisant que la beauté de Vera sous les yeux de Sonny. "Vera et toi, à la dérive, ni absent ni présent. " Il convient également de souligner le magnifique travail de la traductrice, Céline Leroy, qui a su transmettre l'état de grâce qui anime ce roman. Une lecture qui m'a captivé, une histoire qui m'a captivé et un stylo qui m'a convaincu. Pour un premier roman, c'est remarquable. "Nous sommes des serre-livres, toi et moi, tu vois ce que je veux dire ? Ton esprit projette, avance, tu penses à l'avenir. Je pense au passé, je pense..." Un favori de la nouvelle saison littéraire.

19-10-2019

Chronique Nathalie Bullat 3, 17 novembre Pour ce beau roman, j'aurai emprunté le titre d'une chanson de Bashung "Les vertiges de l'amour". C'est une triste ballade irlandaise chantée par ce jeune auteur qui a travaillé pour Ken Loach. On sent aussi l'influence du cinéaste dans la peinture des ouvriers irlandais. Le récit peut être déroutant au début. Sonny, 16 ans, se parle à lui-même avec un "toi" plein de reproches, de colère ou d'espoir. 16 ans, c'est l'âge de l'insubordination et des rêves les plus fous ! L'ambiance à la maison n'est pas très joyeuse entre frères et sœurs indifférents, une mère fatiguée, un père enfermé dans sa solitude. Il n'est pas passionné par l'école, mais il refuse d'être un apprenti. Il aide son père avec le travail manuel et grâce à un emploi dans une boucherie l'après-midi après l'école, il fait quelques économies, espérant un jour quitter le ciel gris de son Irlande natale. Il se sent seul, il adore le cinéma. Dès sa première rencontre, il sera fasciné par la beauté impressionnante de Vera, qui est plus grande que lui. Elle n'est ni vieille, ni jeune non plus, elle est simplement belle. Elle vit seule dans une grande maison dans le quartier bourgeois de Dublin. Elle trouve cela énigmatique. Elle ne parle pas beaucoup. Très bientôt, une relation va émerger entre eux. Une relation passionnée pour Sonny qui y découvre ses premières émotions. Mais Vera, d'un autre côté, semble distante. Il s'enferme dans une logique destructrice. Il "rêvait d'être le héros qui la sauverait". Grâce à elle, vous découvrirez le plaisir de lire des auteurs comme T.S. Eliot et d'admirer des œuvres d'art au Musée des beaux-arts du Canada - un endroit qui vous a fait peur ! Il ne veut plus de sa vie ordinaire, sans portée. Mais que veut-il ? Quelle souffrance cache-t-il ? Cette relation improbable et dévastatrice vous mènera à un résultat qui vous changera.

18-10-2019

Une des grandes surprises de la saison littéraire de l'an dernier, lancée dans votre poche cette année et qui aurait pu être intégrée dans notre magazine de poche spécial pour la saison littéraire de la semaine dernière. Acteur irlandais bien connu - qui a joué notamment avec Ken Loach, et on sent la même filiation dans ces personnages brisés mais si humains - Karl Geary a sans doute convoqué ses souvenirs d'adolescence pour amener Sonny, le protagoniste de "Vera", son premier roman et un véritable coup de maître. C'est une triste ballade irlandaise que nous chantons ici dans ce tableau d'une Irlande qui travaille. Dans son récit, Karl Geary, en effet, utilise la deuxième personne du singulier pour parler à Sonny Knolls, un garçon de 16 ans que nous suivons tout au long d'un livre et c'est à lui que l'auteur s'adresse à mesure que le roman avance, l'appelant "vous"). Le roman de Karl Geary a la particularité d'être entièrement à la deuxième personne du singulier, et après une courte période d'adaptation, le pari est couronné de succès car le romancier capte son attention et le met finalement en attente pour une révélation. Quand Sonny rencontre Vera, une bourgeoise plus âgée, mais belle et énigmatique, c'est un coup de foudre charnel à première vue, qui devient vite le coup de foudre pour cette femme qui n'a plus rien à voir avec la vie. Une relation unique que Sonny s'efforcera de protéger à tout prix, même lorsque ses parents s'impliqueront. Entre eux aura lieu une relation improbable et dévastatrice qui nous mènera à un résultat qui le dérangera. et puis Dublin. plus de ces quarante chapitres, à un bon rythme, semble toujours très bien... Un grand roman et aussi un excellent thème pour un film...de Ken Loach...cqfd

Karl Geary

Payot et Rivages

Payot & Rivages est une maison d'édition française, née de la fusion en 1992 de Payot Publishing, connue principalement pour la collection "Petite Bibliothèque Payot" spécialisée en sciences humaines, et de la société française Rivages, qui publie principalement de la littérature étrangère, des thrillers et des policiers.