Fragments de la maison
  • Éditeur: Editions Bruno Doucey
  • Rencard:
  • Langue: Frances
  • ISBN: 2362290816
  • Tags: poésie, peur, quête, identité, recueil,

Télécharger le livre Fragments de la maison gratuitement en français gratuitement

Après un premier recueil, publié en Algérie en 2003, mon amie Habiba Djahnine revient à la poésie en tant que femme pacifique, combative et lucide. Dans ce livre écrit directement en français, il n'évoque pas la guerre civile, mais l'après-guerre, le corps sortant des décombres de l'histoire, l'amour retrouvé, dans un monde dédié à la reconstruction des autres et de soi-même" j'éliminerai la guerre et l'identité / je bâtirai les fragments de la maison", a-t-il écrit Et pour ajouter, lorsque l'exil deviendra voyage : "D'Alger, le blanc, aux sables du désert, Habiba Djahnine écrit de la poésie en construisant une maison : avec des nerfs, des rêves, des mains immergées dans l'argile de la vie, pour rejeter "l'alphabet de la peur", ses yeux constamment rivés sur la ligne de l'horizon.

Habiba Djahnine

Habiba Djahnine

Nationalité : Algérie Né à : Tizi-Ouzou, 1968 Biographie : Né en 1968 en Algérie, Habiba Djahnine est cinéaste et écrivain. Il a écrit Outre-Mort et Fragments de la maison, deux recueils de poèmes qui évoquent la guerre civile et la reconstruction nécessaire après la violence. Elle est la sœur de Nabila Djahnine, une militante féministe assassinée en 1995 à Tizi-Ouzou, à qui Habiba a dédié son long métrage Letter to My Sister. La femme est au centre de son travail poétique et cinématographique. Fragments de la Maison, écrit en français, est publié aux Editions Bruno Doucey. Source Bruno Doucey Editions / Wikipedia Ajouter des informations

Critiques

21-07-2019

La poésie comme maison à reconstruire après la guerre. Mots après mots, phrases après phrases, une écriture émouvante qui s'interroge, se cherche, dessine les paysages d'un pays qui souffre, déchiré, les traits des visages usés qui ont tout vu et vécu. Habiba Djahnine est à la recherche de ce nouveau pays qui renaît de ses ruines à la recherche de ce qui devrait être après toutes ces souffrances. Comment oublier la peur, les tremblements de terre, comment retourner vivre normalement, comment cuisiner, prendre soin de ses enfants, aimer, dormir dans cette ville devenue étrangère et dans ce monde que nous n'avons connu que dans la violence de la guerre... Nous avançons avec elle pas à pas dans un paysage fragile et intime, beau parce qu'il est à son tournant. A travers les mots, on devine les ruines qu'il faudra nettoyer pour tout reconstruire. Et puis : devrions-nous nous taire ? Oublier ? Ou attendre que la colère explose avant de nous souvenir de la vôtre ?

20-07-2019

Habiba Djahnine, poète et réalisatrice algérienne, vient de l'extrême sud et n'a pas seulement du sable et du jasmin à offrir dans ses films et livres. Issu d'une famille d'activistes qui ont subi l'explosion du meurtre de leur sœur par les islamistes, il mène la juste lutte pour la place des femmes au Maghreb. Son deuxième livre, Fragments de la maison, paru en 2015 dans le beau recueil des Editions Bruno Doucey, sonne comme une invitation à reconstruire après la guerre : "Je vais construire les fragments de la maison / Exposer les feuilles de poésie". Mais il fait aussi référence à des fragments du port de gauche à droite : V. Rouzeau, J. Bacon, Y. Le Men, H.Djahnineison, pour chercher les raisons de cette guerre civile qui a dévasté l'Algérie dans les années 1990 et le désir de tout abandonner de ses compatriotes à de meilleurs horizons : "Sur les routes, l'asphalte, les pavés / Les laïcs qui souffrent d'attente / Les êtres qui ne sont plus sur nos terres // Le milieu marin les absorbe / Le milieu marin les absorbe / Le milieu marin les attrape, les rejette sur les rives de l'Atlantique / Sans amour, sur les continents sans les enfouir ".Habiba affirme son identité dans "l'Alphabet du corps, le corps / Hurler de douleur parce que le corps / Brûler d'amour parce que le corps / Tue l'identité qui est dans le corps". Il l'affirme aussi avec les paroles des poètes : "Je retourne à la poésie / le seul port possible / Pour faire taire mes doutes".

19-07-2019

Quels messages ! Bruno Doucey Editions possède plus d'une perle, en voici une avec "Fragments de la maison". Je dois avouer que les écrits du Maghreb et du Moyen-Orient vivent souvent en moi longtemps après une lecture. La poésie de Habiba Djahnine vient de devenir un lieu chaleureux dans le grenier de ma mémoire : des fragments de la maison ou comment une histoire d'amour peut renaître de ses cendres. Une histoire d'amour, entre une terre et Habiba Djahnin, déchirée par la guerre, tachée de barbes. Une histoire d'amour, entre l'auteur et la vie, moquée par la folie des hommes. L'histoire d'un adultère où la nature humaine offense le moindre signe d'intelligence, où le coup du bâton répond au coup de l'amour. Une histoire brisée dans laquelle des versets brisés s'élèvent contre la résignation. L'espoir en ruines, comment reconstruire quelque chose, comment retrouver confiance dans cette ville, dans ce pays, dans l'autre, en soi ? Des fragments pour cette femme blessée, pour cette femme faite de chair et de sang aujourd'hui. Découvrir mon pays Sous une chaleur arrogante Je me déplace lentement. Vers les espaces connus Soudain, je découvre que Vos sentinelles Silencieux et alerte Ce matin à l'aube Et le souvenir impossible Cependant, il y a beaucoup de morts Nommé ou non martyr Ce matin à l'aube Je découvre nos morts tout près de nous. Rejeter les fausses prétentions de l'histoire Ils se tiennent comme des sentinelles invisibles Ils regardent nos souvenirs Ils surveillent notre amnésie. "Nous n'avons pas encore exhumé des décombres les souvenirs douloureux de ceux qui ont déjà décrété une réconciliation impossible. Pas de pardon, pas de regret, pas de repentir. Tout se passe à l'endroit précis où l'aile d'un moineau est délicatement placée. Un moineau qui connaît très bien le vol et la liberté. Cette chose délicate et sensible. La petite poésie qui explose comme le plus terrible des volcans. Parce que l'heure est venue. Rien ne peut retarder l'éruption plus longtemps !" Habiba et Alger, comme deux amants séparés contre leur gré, trop longtemps, trop longtemps. Ils se redécouvrent, lentement, difficilement, sans oser se regarder, se toucher. Chaque page est une main tendue à l'autre. Chaque mot de Habiba Djahnine est comme une caresse adressée à la vie avec ses doutes et ses espoirs. Chaque lettre est un murmure au bout des doigts, alternativement sensuelle, triste, charnelle, nostalgique, désenchantée, pleine d'espoir. Fragments de la maison, c'est l'histoire d'un amour consumé. Il reste de magnifiques braises que l'auteur fait revivre sans artifice, seulement avec ses tripes, avec son cœur, avec son âme. Cette collection est un cri de plus, encore une fois nécessaire. Il n'est pas nécessaire de ne pas oublier, mais d'être conscient d'un présent qui conduit partout à l'indignation et à la révolte. Nous devons également garder à l'esprit qu'une guerre ne cause que des perdants, quels que soient le camp, le lieu, la cause... Merci Sirenna d'avoir mis ce livre entre mes mains.