Il pleut des étoiles dans notre lit : Cinq poètes du Grand Nord
  • Éditeur: Gallimard
  • Rencard:
  • Langue: Frances
  • ISBN: 2070447065
  • Tags: fables, florilège, pièce de theatre, poèmes, poésie contemporaine,

Télécharger le livre Il pleut des étoiles dans notre lit : Cinq poètes du Grand Nord gratuitement en français gratuitement

Ces 5 poètes scandinaves, qui vivent le long de la Baltique, de l'Atlantique, de la mer de Norvège ou du cercle polaire arctique, ne sont pas les mêmes : ils ont chacun leur Nord, leur façon, leurs nuits, leurs rêves, aussi singuliers soient-ils, ils partagent une lueur d'hiver, un champ profond qui mélange neige et ciel.

Inger Christensen

Inger Christensen

Nationalité : Danemark Né à : Velje, 16/01/1935 Mort à : Copenhague, le 01/02/2009 Biographie : Inger Christensen est une Danoise de lettres, poète, romancière, dramaturge et essayiste. Elle a suivi une formation d'enseignante au Centre de formation d'Aarhus et a obtenu son diplôme en 1958. C'est à ce moment qu'il a commencé à publier des poèmes dans le journal Hvedekorn. En 1962, Inger Christensen publie un premier recueil de poèmes, Lys (Lumière), puis un deuxième l'année suivante, Graes, Herbe. En 1963-1964, il enseigne au Holbæk College of Arts à Holbæk, après quoi il se consacre entièrement à l'écriture. C'est en 1969 qu'Inger Christensen s'est fait un nom avec le long poème det qui lui a valu une renommée internationale. Il a ensuite publié des romans tels que Det malede værelse (La chambre peinte) en 1976. Il tente également de nombreux autres genres, publiant des nouvelles, des essais, des pièces radiophoniques, des pièces de théâtre et des livres d'opéra. En 1978, Inger Christensen devient membre de l'Académie danoise et, en 1995, membre de l'Académie européenne de poésie + See MoreSource : Wikipédia Ajouter des informations

Critiques

18-10-2019

J'adore ça. J'adore ça. J'adore ça. J'adore ça.

17-10-2019

Les cinq poètes sont très différents dans leur style (bien que la traduction ne rende probablement pas justice à toute son originalité), mais chacun a un thème d'espoir. L'espoir d'un soleil qui se lève la nuit, l'espoir de fraîcheur quand la neige tombe, l'espoir d'avoir encore la force de l'espoir... Ses textes sont faits d'acceptations sans renoncements : acceptation de la réalité, parfois de douleur, mais toujours orientée vers une continuation, une ouverture, un dépassement. Un mouvement rafraîchissant dans une langue au rythme marqué, une berceuse sans ennui.

16-10-2019

Cinq poètes pour cinq coupes dans la poésie contemporaine du Grand Nord, le passage d'une atmosphère à l'autre se fait en douceur. Non seulement à cause de la préface détaillée et savoureuse d'André Velter, mais aussi parce que les écrits qui apparaissent dans ce livre, au-delà de leurs différences, sont faits de simplicité. Cela peut avoir quelque chose à voir avec les immenses paysages ou le fait d'être proche du polo. Peut-être s'agit-il d'écrire un poème qui survit à l'obscurité et au froid qui règnent dans le Grand Nord, mais surtout dans le cœur des hommes. Les poètes du froid gardent les yeux fixés sur l'angoisse du monde, en observateurs sérieux.

15-10-2019

Cinq poètes scandinaves dont est issu, outre Tranströmer, l'immense Pentti Holappa finlandais. Heureuse initiative de la collection de poésie Gallimard, qui tente peut-être de profiter dans toute sa splendeur du récent prix Nobel Tomas Tranströmer, ce petit volume offre l'occasion de découvrir "cinq poètes du Grand Nord" : le danois Inger Christensen, le finlandais Pentti Holappa, le suédois Tomas Tranströmer, mais aussi le norvégien Jan Erik Vold et le islandais Sigurdur Pálsson. Si je m'accrochais à peine aux poèmes coupés de Vold, trois autres m'ont séduit. Jugez plutôt par ces brefs extraits : "Les déserts refusent d'arrêter de chanter (déserts qui ne sont pas naturellement seulement dans la nature comme dans les hautes terres) Non, les déserts intérieurs aussi plein que les déserts extérieurs Ils refusent d'arrêter de chanter Avec leur chanson, ils démissionnent aux biscuits durs comme le verre sur mesure les causes alléguées les conséquences alléguées la soi-disant réalité" (Sigurdur Pálsson) "Il fait sombre. Le planétarium des stratégies est tordu. Les lentilles scannent l'obscurité. Le ciel nocturne est plein de chiffres, et ils nourrissent une garde-robe brillante, un meuble qui habite l'énergie d'une armée de sauterelles nues plusieurs hectares de terre somalienne en une demi-heure." (Tomas Tranströmer) "L'hiver attend beaucoup de choses la plage est déjà escarpée tout va faire qu'on en fasse un cette année. les ailes et la glace ne feront qu'un dans le monde : le bateau entendra vos pas sur la glace la guerre entendra votre guerre sur la glace la femme écoutera son temps sur la glace l'heure de la vie dans la glace de la mort l'hiver attend beaucoup." (Inger Christensen) Le dernier, le Finlandais hollandais, m'a (presque) littéralement ébloui : "Pour une mère, les débris de l'océan suffisent. et du sable, parce qu'il s'agit de l'envie de faire de naître, l'union possible dans ce qui est maintenant une matière vivante non plus par son ventre, mais par la force de sa volonté. C'est la mère de Lemminkainen, la femme habillée. des noirs des tragédies antiques, et dans les processions crie les noms des combattants de la liberté d'aujourd'hui. défiant les accusations de la police et les gaz lacrymogènes, mais sous d'autres vêtements, c'est une des bourreaux, complice criminel du procréateur ploutocratique, répandre des mensonges sur l'égalité. Celles-ci sont les suivantes des fables modernes sur les princes et les princesses. Également responsable de l'absurdité de ses descendants. les cathédrales s'effondrent, Les chefs-d'œuvre de Léonard et Picasso périssent dans les flammes de la Bibliothèque d'Alexandrie. Déformations cellulaires causées par les résidus Les industriels sont la chair vivante des enfants, leur avenir. Regarder seul, quand la foule est déjà endormie, cherche sa consolation dans la paix universelle puisqu'il sait que dans les accélérateurs de particules les cours closes du matériau s'ouvrent dans un tunnel ouvert." (Pentti Holappa)

14-10-2019

Quoi de plus poétique que ce titre nordique ? Il résume l'un des thèmes principaux de la poésie du Grand Nord : l'ouverture à l'espace, le besoin d'immensité s'exprime dans les actions, les sentiments... C'est un réel plaisir de découvrir cette poésie nordique à travers ces cinq auteurs (Inger Christensen, Pentti Holappa, Tomas Tranströmer, Jan Erik Vold et Sigurdur Pálsson), qui représentent chacun leurs pays respectifs (dans l'ordre : Danemark, Finlande, Suède, Norvège et Islande). Inger Christensen (1935-2009) a publié son premier recueil en 1962 ("Lys") alors qu'elle était encore enseignante. Puis elle s'est consacrée à l'écriture et quelques années plus tard, elle s'est fait connaître internationalement pour son poème "Det". Il a ensuite essayé des romans, des nouvelles, des pièces de théâtre et d'autres genres tout en continuant à publier des poèmes. Pentti Holappa (1927-) est un poète autodidacte qui a travaillé comme antiquaire, ministre de la Culture, rédacteur en chef et traducteur. Tomas Tranströmer (1931-2015) reçoit le prix Nobel de littérature en 2011. C'est le plus connu des poètes nordiques et le plus traduit. Jan Erik Vold (1939-) a passé plusieurs années dans le monde du jazz qui a inspiré ses créations. Sigurdur Pálsson (1948-) fait partie du renouveau poétique de l'Islande. Indispensable pour tout amateur de littérature islandaise. Ce petit recueil est un recueil de poèmes nordiques, les extraits sont tirés des principaux recueils des poètes mentionnés ci-dessus. Quel que soit le pays d'origine, les thèmes récurrents de la nature s'y retrouvent : les mots étoile, mer, gel apparaissent régulièrement tout au long de la lecture. C'est là que nous traitons de tout cela : la vie quotidienne de la terre abrupte, cruelle et sublime, la vie quotidienne de l'homme dévastateur, sentimental et seulement devant cette terre abrupte, cruelle et sublime. On peut trouver l'écriture de ces poèmes chaotiques et déroutants, mais on pense que l'hiver est long, plein de ténèbres et de dangers, la nature dort depuis longtemps, que restent ces poètes ? La mer de gouttes et la mer d'étoiles, puis envahissent l'esprit et la feuille peu à peu jusqu'à l'éveil, soudain et beau et tout revient à la vie, la nature, l'amour et l'espoir ! Les cycles se développent ainsi avec le passé, le présent, le futur, le questionnement de soi et du monde, l'introspection et l'ouverture au monde, les pieds dans la réalité et l'au-delà dans la tête ! Chacun l'exprime à sa manière, avec son style propre, qu'on le veuille ou non, il faut lire chaque poème plusieurs fois avant de saisir son essence profonde. Il ne faut pas oublier que la traduction modifie et modifie le sens et le rythme des versets et qu'il est préférable, pour ceux qui le peuvent, de lire ces textes dans leur langue originale. Une petite bibliographie à la fin de l'ouvrage facilite la recherche des références des ouvrages traduits en français par les auteurs. Pour aborder ce recueil, il faut connaître un peu la poésie en général, la mentalité nordique et la littérature qui présente les faits d'une manière abrupte et directe.

Inger Christensen

Gallimard

Gallimard est un groupe d'édition français, fondé en 1911 par Gaston Gallimard, et issu des éditions NRF créées en 1908 par Gide et sa famille. Le groupe Gallimard est considéré comme l'un des plus importants éditeurs français et a remporté de nombreux prix Goncourt, Nobel de littérature et Pulitzer dans son catalogue d'auteurs.