Les nouveaux anciens
  • Éditeur: L`Arche
  • Rencard:
  • Langue: Frances
  • ISBN: 2851819283
  • Tags: dramatique, récits, roman, théâtre, poèmes,

Télécharger le livre Les nouveaux anciens gratuitement en français gratuitement

Fable urbaine contemporaine, entre rap, poésie et épopée dramatique, Les nouveaux anciens renoue avec l'ancienne ballade qui embrasse toutes ces formes dans une unité magistrale et puissante. Kevin, Jane, Mary, Mary, Mary, Mary, Mary, Brian, Thomas et Clive, héros ordinaires, dieux d'aujourd'hui, ignorent leurs liens de parenté et se distinguent par leurs espoirs et leurs déceptions, leur jalousie, leur courage et leur trivialité ; des mythes anciens résonnent dans ces vies désenchantées, où la beauté de l'humanité émerge loin de l'indifférence cynique du monde actuel. "Sans doute l'orfèvre de la langue la plus importante de sa génération "Le Spiegel "Une ballade émouvante sur la précarité de la vie quotidienne, avec des rimes agitées et des lignes de basse saturées à lire absolument à haute voix ! "Deutschlandfunk Kultur

Kate Tempest

Kate Tempest

Nationalité : Royaume-Uni Né à : Brockley, 22/12/1985 Biographie : Kate Tempest, née Kate Esther Calvert, est poète, dramaturge et rappeuse anglaise. Il a grandi à Brockley, au sud-est de Londres, dans une famille de cinq enfants. Son père, un travailleur, est devenu criminaliste en suivant des cours du soir. Elle dit que c'est en le voyant travailler de cette façon que son goût pour le travail va naître. Adolescent, M. Bradshaw, son professeur d'anglais, lit ses premiers poèmes et recommande des livres pour l'inspirer. C'est l'influence de votre professeur qui vous encouragera à persévérer dans votre travail d'écrivain. En 2013, il a remporté le prix Ted Hughes pour son recueil de poésie "Brand New Ancients". "Hold your own " (2014) est sa deuxième collection. Elle est également l'auteur de deux pièces de théâtre. En mai 2014, il sort son premier album rap, "Everybody Down". Le second, "Eat Chaos", a été publié en septembre 2016. "Escuchar la caída de la ciudad" (Les briques qui ont construit les maisons, 2016) est son premier roman. votre site web : Page Facebook Twitter : + Voir plusSource : wikipedia Ajouter des informations

Critiques

24-03-2019

A quoi servent les libraires ? Mettre entre nos mains une pépite qu'ils ont aimée et qu'ils veulent partager avec nous. Un grand merci à la mienne (d'une librairie, qui est aussi une pépite) pour m'avoir presque imposé, bien sûr, ce poème pénétrant et claqué, un roman des dieux modernes qui portent encore des mythes ancestraux dans les ruelles de nos supermarchés, devant nos délais, nos dettes et nos divorces.Ils s'appellent Kevin, Mary, Brian, Thomas, Thomas, Thomas, Thomas, Thomas, Clive, et ils se battent avec violence et amour dans l'univers désenchanté d'une ville anglaise dans la privation du droit de vote, des pubs sombres dans les heures perdues aux faux dieux télévisés. Mais ils vivent et vibrent avec le même feu que les dieux d'autrefois que nous avons éteint, mais que, selon la bonne nouvelle, Kate ! sont toujours parmi nous et en nous ! Kate Tempest, poète, slammer, romancière, précise en prévision de ce bref texte qui est écrit pour être lu à haute voix. Ce que je n'ai pas fait, et pourtant je vous assure que vos paroles résonnent fort, brutes et lumineuses. Excellente découverte !

23-03-2019

Ce que j'ai ressenti :... Un rafale de tempête, un raz-de-marée éblouissant et poétique... Puisque les dieux sont comme nous, Car les mots nous unissent, Vous n'avez pas encore entendu les larmes des poètes... (Sensibilité à l'infini) Depuis que les histoires ont toujours été là, Puisque les légendes pèsent leur poids, Vous n'avez pas encore entendu la ballade de la Tempest... (Ecoutez l'automne de la ville) Depuis que les nouveaux aînés inspirent, Puisque les anciens nouveaux expirent, Il faut encore respirer le "flow" de Kate... (Dieux ordinaires et ordinaires de l'éternité) Et comme la beauté saisit les moments, (Indifférence) Et comme l'amour est caché dans les dons, (la violence) Et tandis que les illusions se nourrissent de moments, Kate Tempest illumine avec passion et talent (Trance) La scène du Slam, embrasse les dieux, tournant... (Puissance) StelphiqueDans cette chronique, je réponds à ce poème par un poème, car l'engouement était là. Brillant. Énergisant : Je n'ai fait que lire et relire ce texte contemporain, avec ses câbles lyriques, jeté dans les vents orageux, libre de naviguer nos scènes dramatiques de la vie, et divinement inspiré par une épopée poignante... J'ai aimé, j'ai aimé, j'ai aimé, j'ai coulé au cœur de la tempête, au cœur de la tempête, dans les larmes de Kate...

22-03-2019

Attention : Foamy ! "The new old ones" est dense, poétique, rapide, mouvant, vivant. Cliquez sur le juke-box, le silence pendant la journée, les lumières contre la nuit, la légende de Tom et Glori, un mythe. "Les Nouveaux Anciens" c'est maintenant ! Kate Tempest a raison, un million d'étoiles filantes, mille ans de rêves et de droits concrets. C'est maintenant que les dieux marchent dans nos rues, que les dieux se lèvent tous les matins, que les dieux attaquent, que les dieux jouent avec leurs coudes sur les quais, que les dieux nourrissent le chat, leur fils, que les dieux ont faim ou froid, qu'ils doutent, qu'ils aiment, qu'ils se rendent ridicules, qu'ils tournent en rond, qu'ils veulent aller un peu plus loin, que nous ne l'oublions plus vite leur nom. Ce sont des dieux, ils sont comme nous, nous sommes tous... des dieux, le format éternel de ceux qui refusent d'être des hommes justes. Des dieux vivants, et beaucoup d'autres. Fils d'hommes, pas fils de dieux. Des monstres, des bêtes et parfois, la plupart du temps, peu à peu, des enfants avec des ailes et des semelles géantes dans le vent ! "Un dieu devient un dieu quand il a le courage d'aimer. Un dieu, quoi qu'il fasse, reste un dieu pour toujours, mais même ainsi, un dieu doit s'efforcer d'être un dieu en qui un dieu peut avoir confiance. ». "Cependant, nous sommes encore mythiques. Coincé pour toujours entre le pitoyable et l'héroïque. Nous sommes toujours divins ; c'est ce qui nous rend si monstrueux. Mais c'est comme si nous avions oublié que notre propre valeur dépasse de loin celle de tous nos biens. "Regarde-les", on va se regarder nous-mêmes. "Des millions de personnages, chacun avec ses propres histoires épiques chanter : c'est dur d'être un ange jusqu'à ce que tu sois un démon." Kate Tempest ! A lire à haute voix ! "Toutes les divinités résident dans le cœur de l'homme." William Blake Traduit de l'anglais par D' de Kabal et Louise Barlett Astrid Shriqui Garain

21-03-2019

Retrouvez le souvenir de l'éternité, émancipez-vous de la tyrannie du présent et de l'amnésie qu'elle impose partout, de cette réalité qui vous écrase comme un rêve sans rêves. Un désenchantement et un gris permanent. Une fatigue sans imagination. Seul le désenchantement à l'arrière-plan des yeux sombres et des destins inconscients d'eux-mêmes... J'ai trouvé à l'aube les mots de Kate Tempest. J'ai découvert en elle, sans aucun doute, la plus belle voix de notre temps, puisque j'ai cliqué sur cette vidéo où elle déclarait un extrait de ce livre, Les Nouveaux anciens (publié chez L'Arche, traduit par D' de Kabal et Louise Bartlett). J'ai été absolument impressionné. Il y a quelque chose de l'intensité de Patti Smith, de ces moments où nous avons vu Ginsberg déclamer ses poèmes, capturer son temps. Et ce flux incroyable et hypnotisant, cette grâce de la rue qui s'incarne dans un artiste qui devient immédiatement un symbole. L'impression de découvrir Dylan. Mais je n'aime pas cette façon ridicule d'essayer de trouver des équivalents à l'émergence d'une nouvelle flamme. C'est tout ce qu'il y a à faire, cette fille. Rimbaud et Steinbeck étaient confus s'ils claquaient. Tout d'abord, c'est elle. Magnifique et inattendu. Elle est tout ce que j'aime. Un cataclysme heureux. Je suis conquis. Parce que la poésie est toujours fragile, toujours menacée, toujours précieuse. J'attends quelqu'un comme elle depuis longtemps. Kate convoque les dieux que nous ne savons plus deviner dans le monde. Mais ils sont là, dans la rue et dans les supermarchés. Dans l'intimité des amants abandonnés tôt le matin, dans les mariages qui languissent doucement dans l'hostilité, dans les enfants perdus, brisés et pyromanes, dans les amitiés qui disparaissent quand on les croit infaillibles. Tout le monde joue Medea, Pandora... Les chorégraphies anciennes implicites dans chacun de nos gestes, le mythe dans chaque coin de rue, la tempête a la magie de ceux qui savent encore voir. Qui trouvent en eux la voix des dieux comme des oracles. Il sait suggérer et contenir toutes les vies qu'il trouve, en quelques mots. Nous sentons la peau tremblante des câlins ou la douleur de l'abandon. La pulsation des rues qui éclabousse les solitudes. Les divinités sous des masques ordinaires et insoupçonnés. De la magie. Celui qui coule partout dans notre vie et que nous pensons est anecdotique. Nos silhouettes déformées rappellent les ombres des vases grecs, Kate a conservé le souffle et la mémoire des temps anciens. Cela nous donne un aperçu de l'humanité. C'est ainsi qu'il nous livre ce poème à voix haute, qu'il nous rappelle qui nous sommes et qui nous n'avons jamais cessé d'être. Fragments d'étoiles et mythologies. Les mêmes forces nous ont formés et nous confrontent, dessinant des trajectoires que nous croyons désordonnées et distinctes, faussement séparées. La tempête dessine avec ses mots ce lien entre nous, trop souvent méprisé. Sa poésie relie chaque intimité, chaque génération, rassemble le vent de chaque passant avec empathie et finesse, une humanité absolument écrasante. Avec chaque éblouissement, chaque morceau de vie, elle semble comprendre toute une existence. Toutes les biographies en même temps. Quand vous le lisez, dans ce court texte, vous vous sentez en lien avec les autres et avec tous leurs passés. Nous respirons avec l'univers. Ce grand poème ressemble à une galaxie. L'instantané de toutes nos blessures et de leur guérison. C'est direct, simple. Bref, elle nous encourage à regarder la réalité et toutes ses dimensions en face. C'est beau comme un vrai regard échangé. Quelqu'un qui a vu le monde entier. Quelqu'un qui respecte suffisamment l'histoire de chacun pour se souvenir de ses racines profondes et anciennes. Quelqu'un qui n'a pas méprisé l'invisible et l'a remplacé par des slogans trop faciles, comme c'est souvent le cas, mais en approchant ses personnages (Kevin, Jane, Mary, Gloria, Jemma, Clive, Tommy...), on les sent intensément. Nous vibrons avec eux. Nous les reconnaissons comme nous connaissons nos classiques. Les enfants perdus et les vies désordonnées deviennent des gestes héroïques. Derrière chaque vitrine se succèdent des tragédies, le poème avance à un rythme épique magnifique. Rassemblez les destinations, illuminez les banalités. Les dieux sont partout, même chez les innocents. Nous avons retrouvé son sens. Ils accompagnent nos rêves de gloire photoshoppée, le ridicule de nos idoles, nos amours imparfaites, nos frissons fugaces, nos désirs pour demain, notre amertume, notre angoisse et notre déception. Kate décrit le désenchantement et les miroirs de l'alouette. Les succès de la ferraille et des chaises qui éclairent des glorioles interchangeables. Il décrit l'indifférence ordinaire de ceux qui ne connaissent pas le nom de leurs voisins, mais qui savent tout sur une étoile lointaine et ses turpitudes. Chantons nos bras surchargés d'absurdités et de désolations. Nos merveilles pour les faux trésors. L'ambition, l'ivresse égocentrique et la cocaïne de tous les succès, les mirages saisissants des sommets, la grande déception des célébrités rapides et éphémères, le vertige des clubs de strip, l'oubli des origines, l'essentiel, l'âme du démon pour pas cher ? Par contre, les perdus, les humiliés, les offensés et les exclus se soûlent dans l'annonce, près de la jolie serveuse. C'est merveilleux. Poisonneux. Imprévisible. Dangereux. La menace et la violence parfois au tour d'un regard et d'un mot, un dernier verre avant la fermeture. Les pertes se croisent, ne communiquent pas, ne se ressemblent pas, mais représentent néanmoins la même désolation nocturne. Les tragédies viennent de loin. Enfance. Depuis avant sa naissance. Des profondeurs du temps. Les mêmes minotaures sans fin sous des masques différents, de vieilles flammes, des sentiments purs, des intentions premières et des amours sincères renaissent à la fin du poème à cause d'un mauvais sentiment. La dernière partie est une syncope violente. L'intuition du désastre et l'ombre de la mort annihilent les vanités. Les personnages et les chemins se rencontrent dans une fin intense. Nous ressentons tout. Nous savons avec confusion qu'il est trop tard. Nous avons un goût métallique dans la bouche, le goût du hanté, du désastre et de la peur. Ce qui précède les accès de rage et d'horreur, dans le déchaînement des impulsions et la vengeance trop longtemps contenue, nous avons vécu la vie avec la force d'un opéra, avec le remords et l'échec que la vieillesse ne peut plus semer. Kate Tempest suggère les racines du mal et de la grâce. Souvenez-vous de chaque vers ce qu'est l'humanité, le chant qui forme le refrain de toutes nos vies. Tu te souviens de l'aube des temps qui nous a forgés. C'est énorme. Unique. Épique. Incroyablement moderne et avec une ambition classique et éternelle. Elle saura évoquer une ville entière, diriger l'orchestre d'un monde entier (comme elle l'a fait dans son premier roman, Ecoute la ville Tomber, publié chez Rivages, que j'ai révisé pour Addict-culture), elle est une brillante apparition et une grande artiste, dans ce petit livre qui contient des multitudes, les appelle et ouvre des horizons qui ne lui appartiennent pas, C'est comme la fin d'un long voyage, Perdu en gratitude. Et humain, et vivant. Incroyablement vivant, Rempli de ces dieux dont elle nous a fait prendre conscience. Reprendre un dialogue interrompu Avec l'éternité Je l'ai trouvé.

Kate Tempest

L`Arche

L'Arc éditeur est une maison d'édition française fondée en 1949 par Robert Voisin. Ses principaux champs d'intérêt sont la psychanalyse, la philosophie et l'esthétique : Jean Wahl, André Gide, René Leibowitz, Louisa Düss et Wilhelm Reich, entre autres. Annuaire du théâtre populaire, une collection bon marché de grandes pièces de théâtre de tous les pays et de tous les temps. Dirigée depuis 1986 par Rudolf Rach, la compagnie se consacre au théâtre contemporain et jeune public. Il renoue également avec son goût pour la philosophie en créant une collection d'essais, Tête-à-tête.