Malades aux larges ailes
  • Éditeur: publie.net
  • Rencard:
  • Langue: Frances
  • ISBN: 2814500708
  • Tags: poèmes, poésie, autobiographie, magie, surréalisme,

Télécharger le livre Malades aux larges ailes gratuitement en français gratuitement

(édition numérique) Mltos Sakhtoùris (1919-2005) n'a jamais voyagé, jamais travaillé. Sa seule œuvre, sa seule aventure était la poésie. Né du surréalisme, comme beaucoup de jeunes poètes grecs de l'époque, Sakhtoùùris acquiert rapidement - non moins normal - son indépendance. Il reste cependant quelque chose des surréalistes : son œuvre, d'une rare continuité, est totalement envahie par les imagesSon explosion continue, sa violence, installe dans ses poèmes un climat de cauchemarLa poésie de Sakhtoùùris est à la fois orgie et ascétismeSes images obsédantes et cruelles vont aussi loin que possible. Peu de couleurs : surtout le blanc, le noir, le rouge, quelques motifs, passant par des métamorphoses infinies. "Ma poésie, dit Sakhtoùris, est une autobiographie incessante, elle ressemble - et c'est ainsi qu'il faut la lire - à une sorte de journal intime inconscient de ma vie...". Mais ce serait une erreur de voir en ce poète un créateur autiste, enfermé dans ses visions. Les souffrances qui ont entravé ses premières collections sont aussi, pour la plupart, historiques : la Grèce a vécu alors une guerre mondiale et, surtout, une guerre civile, encore plus atroce. C'est incroyable que cette poésie noire soit si déprimante en arrière-plan. "Mes poèmes ne sont pas pessimistes, dit Sakhtoùris. Au contraire, ils sont comme des exorcismes Ils exorcisent le mal Ils ressemblent à des masques africainsMasques d'animaux et d'ancêtres pour exorciser la mort. » Ces poèmes ont la force élémentaire, la dureté des rituels archaïques, il suffit d'écouter le poète les lire, de les marteler d'une voix impassible, de vivre toute leur magie. Sakhtoùùris le magicien manipule les substances dans leur état pur, actif, dangereux, mais parfaitement mesuré. Si cette poésie est saine et réconfortante, c'est parce qu'elle sait plonger au plus profond de la douleur de la vie pour en extraire l'un des vaccins les plus poétiques. Sakhtoùùris est reconnu, du moins dans son pays, comme l'un des plus grands. Demandez à un jeune poète grec lequel de ses compatriotes l'a le plus influencé : il sera souvent - plus qu'Elytis, un poète solaire - le sombre et solitaire Sakhtoùris. Dans Elle, ma Grèce, j'ai parlé de ma brève rencontre avec lui dans sa maison, dans son petit appartement à Athènes, en 1985. Il fuyait le monde. À l'époque, il n'avait même pas de téléphone quand il l'a eu, il ne l'a pas pris. La vraie rencontre fut la découverte de ses poèmes à Thessalonique en août 1984. Je n'aimais plus rien, les livres me glissaient des mains, je passais de longues journées sombres avec un seul compagnon, seul remède, le volume contenant ses poèmes de 1945 à 1971, l'essentiel. Pour aborder les œuvres d'autres poètes, j'ai souvent besoin d'une équipe intellectuelle spéciale, d'une clôture d'alpiniste compliquée ; en lisant Sakhtoùùris, je grimpe de mes propres mains. Ce n'est même pas une montagne, mais un espace confiné, une pièce sans air, où je me sens à l'aise, chez moi, où je respire librement, contre toute logique. Pour en revenir à Sakhtoùris pour cette nouvelle édition, je retrouve les poèmes traduits dans le passé, connus presque par cœur, avec une nouvelle rondeur et une décoloration, tandis que d'autres, rejetés dans le passé, que je traduis maintenant, ont une fraîcheur, des couleurs intactes, des bords plus nets que jamais. La sorcellerie sakhturienne est toujours active. Il y a une dizaine d'années, dans un marché de poésie, alors que je m'ennuyais à mon petit stand, j'ai vu un type très excité entrer : - Êtes-vous le traducteur de Sakhtoùris ? - Oui, je suis venu te serrer la main. Merci.[Gloussements] Merci de me l'avoir fait savoir ! Et écraser mes phalanges. Moins démonstratifs, mais toujours dépendants, deux éminents collègues, experts en la matière, à qui je donne la parole. "L'œuvre de Mythos Sakhtoùris (...) ne semble refléter que très indirectement la réalité de son temps ; cependant, plus nous la pratiquons, plus elle s'impose à l'esprit comme l'une des plus chargées de souffrance grecque, de souffrance universelle. Développé dans le silence de la salle par un ascète qui, en tout temps, dialogue avec l'absurde, il constitue un défi permanent à la raison officielle qui cherche à effacer les traces de l'horreur. On pourrait parler d'un surréalisme noir, noir comme un diamant qui gratte les fenêtres de la langue et entraîne le lecteur, confus par l'absence d'un thème précis, sur le chemin d'un questionnement angoissé. Sakhtoùris parle dans le désert, "illuminé par le vide" et, en somme, révèle la face cachée d'une réalité fausse et réconfortante : son univers est comme un papier peint.

Miltos Sakhtoùris

publie.net

Publie.net est une maison d'édition fondée en 2008 par l'auteur et éditeur François Bon et se présente comme une coopérative de littérature numérique. En janvier 2014, François Bon livre Gwen Catalá et l'équipe qui travaille avec lui. A l'origine exclusivement dédié à la technologie numérique, l'éditeur proposera par la suite également des livres papier par le biais de publications.