Oeuvre poétique
  • Éditeur: Rougerie
  • Rencard:
  • Langue: Frances
  • ISBN: 2856681573
  • Tags: poèmes, poésie, noir et blanc, mystique, actualité,

Télécharger le livre Oeuvre poétique gratuitement en français gratuitement

Venez avec moi, je vous dirai que les dieux fraternels dans les chapelles bleues, nous inventerons une terre mystique violente, il y aura des femmes comme solstices, des nids chantants dans les poutres, les navires seront pleins d'hirondelles.

Xavier Grall

Xavier Grall

Nationalité : France Né à : Landivisiau (Finistère), 22/06/1930 Mort à : Quimperlé (Finistère), 11/12/1981 Biographie : Xavier Grall est journaliste, poète et écrivain breton. Son travail mystique magnifie la Bretagne. Xavier Grall "redevient breton" lorsqu'il quitte Paris en 1973 pour retourner définitivement dans la région de Pont-Aven, à Nizon, à la ferme Bossulan. Il travaille pour La Vie catholique, dont il a été rédacteur en chef, le journal Le Monde, l'hebdomadaire Témoignage chrétien et le mensuel breton. Au début des années 1970, il fonde avec Alain Guel et Glenmor le journal nationaliste breton La Nation bretonne, qui regroupe ses textes sous le pseudonyme "Saint Herbot", entre autres. Chaque année, une scène du Festival des Vieilles Charrues de Carhaix porte son nom. Source Wikipédia Ajouter des informations

Critiques

21-10-2019

Il a brûlé sa poésie tout en brûlant ses cigarettes... La mort l'a pris par les poumons, trop tôt, bien que, paradoxalement, il n'ait jamais cessé de crier ses révoltes et ses prières sur le papier, respirant la Bretagne au maximum, exhalant ses peines, ses convictions et son amour de la Vie sous les traces des pierres brutes, collant sa rage, ses larmes et sa rosée sur les calvaires bretons, sur les champs de bruyère, sur le soleil d'ajonc, sur les dunes sauvages avec toujours cette mer, cette mer aux yeux passionnés, stimulants, Il a brûlé sa poésie tout en brûlant ses cigarettes... Je regarde sa photo, sur la première page du livre : bégaiement noir et blanc sur les volutes de fumée, fascinant visage creux, courbé par la gravité, dévasté par les sillons, rides profondes et belles affirmées par l'expérience, et puis cette mèche "rebelle", échappée de la nuit, ne s'en échappe que pour n'y suspendre que le seul rayon de lumière, toute la lumière du monde : Un "visage" ! Une bouche sordide, sèche et brûlante, d'une rare profondeur, oui, dans ce noir et gris, une beauté lumineuse : celle qui vient de l'intérieur". Les vents m'ont dit "sa voix, rauque, rugueuse, dévorée par la fièvre et l'ombre de la mort, des poèmes dévastés par un feu dévastateur, des poèmes implorant miséricorde et grâce, des poèmes qui magnifient, en fait, la beauté de toutes choses quand on sait que bientôt les yeux ne pourront plus le voir...". "Solo", "Rituel breton" et bien d'autres : lire, lire, lire tous ces poèmes pleins de neige, de pluie et de lumière, surtout pour lire et écouter cette voix pleine d'une sincérité déconcertante. On ne triche pas quand on arrive à la fin... Tu ne triches plus, "Destructeur de poètes, barde ou troubadour, Poète des "vents hurlants, soleils jaunes, rochers et gueule de bois", Poète de tous les hommes, même les plus misérables, Poète de la vie exalté par la mort, Xavier Grall nous secoue les tripes, lève le réveil et nous laisse penser, devant l'émerveillement d'un matin, agenouillés sur notre propre marbre, éblouis par notre fragile balance. Repos dans "Solo", où je voulais être Avec ses yeux pluvieux et ses bagages de rêve. Sous un tas de gravier Dans le jardin de la mer Il repose à Solo, là où il est censé être. Kenavo, M. Grall Avec ton âme de sel et ta mousson de brouillard Sous la porte battante De ta Bretagne bleue Je sais que je sais que je sais que je sais que je sais que je sais que je sais que je sais que je sais que je sais que je sais que je sais que je sais que je sais que je sais que je sais que je sais que je sais que je sais que je sais que je sais que je sais que je sais que je sais que je sais que je sais que je sais que je sais que je sais que je sais que je sais que je sais que je sais que je sais que je sais que je sais que je sais que je sais que je sais que je sais que je sais que je sais que je sais Je sais que tu souris.