Pierres
  • Éditeur: Gallimard
  • Rencard:
  • Langue: Frances
  • ISBN: 2070317854
  • Tags: mystère, prose, essai, poésie, poésie française,

Télécharger le livre Pierres gratuitement en français gratuitement

Pierres suivies d'autres textes Par Roger Caillois Roger Caillois Pierres Collection Blanche, Gallimard Publication : 14-09-1966 "Je parle de pierres : algèbre, vertige et ordre ; pierres, hymnes et quinconcles ; pierres, épines et corolles, au bord du sommeil, du ferment et de l'image... Je parle de pierres plus anciennes que la vie et qui restent après elle sur des planètes refroidies... Je parle de pierres nues, de fascination et de gloire, où se cache un mystère plus lent, plus grand et plus sérieux, et en même temps le destin d'une espèce qui passe". (Extrait de la dédicace.) L'auteur décrit les pierres et les enseignements de toutes sortes qu'il reçoit de leur beauté, de leur mystère, de leur sérénité, de leur distance à l'homme. En même temps qu'objet de méditation, les pierres sont le support et le modèle d'un exercice de prose française, car le style de l'œuvre est aussi considéré comme de la pierre et s'efforce de refléter son architecture et sa dureté.

Roger Caillois

Roger Caillois

Nationalité : France Né à : Reims, le 03/03/1913 Mort à : Kremlin-Bicêtre, 21/12/1978 Biographie : Issu d'une famille de la petite bourgeoisie de Reims, Roger Caillois a terminé ses études secondaires à l'Institut de Reims. Au cours de ses études secondaires, il s'est impliqué auprès de Roger Gilbert-Lecomte et du groupe "Grand Jeu". Installé à Paris avec sa famille à la fin des années 1920, il réalise son hypokhâgne et son khâgne à Louis-le-Grand, élève de Jacques de Bourbon Busset, André Chastel et Pierre Grimal. Admis à l'École normale supérieure en 1933, il a été un temps proche des surréalistes avant de rompre avec le mouvement en 1934. Diplômé en grammaire, auditeur à l'École pratique des hautes études, il a développé une approche originale, nourrie de sociologie et d'anthropologie, dédiée notamment à l'exploration du sacré. Auteur, avant même la guerre, de deux essais intitulés Le Mythe et l'Homme et L'Homme et L'Homme et L'Homme et le Sacré, Roger Caillois fonde le Collège de Sociologie avec Georges Bataille en 1938. Son nom, à cette époque, est lié à plusieurs activités de l'extrême gauche antifasciste. Sa rencontre avec la femme argentine des lettres Victoria Ocampo l'amène, en juillet 1939, à quitter la France pour l'Argentine, où il reste pendant la guerre. De retour en France après la Libération, Roger Caillois a dû progressivement abandonner ses engagements politiques pour se consacrer à son œuvre et à ses activités littéraires. Il a divorcé de sa femme Yvette (1914-2008) peu après son retour de Buenos Aires en 1945. En 1948, Caillois est nommé haut fonctionnaire de l'UNESCO, où il devient chef de la Division de la littérature, puis du développement culturel avec le lancement de la collection "Croix du Sud" à Gallimard, spécialisée en littérature sud-américaine. En 1952, il fonde enfin Diogène, revue internationale et multidisciplinaire financée par l'UNESCO, qu'il dirige jusqu'à sa mort avec l'aide de Jean d'Ormesson. En 1957, il épouse Alena Vichrova (slovaque), qu'il rencontre pour la deuxième fois à l'UNESCO. Roger Caillois est élu membre de l'Académie française le 14 janvier 1971 + Voir plusSource : Ajouter des informations

Critiques

20-08-2019

L'obsidienne est noire, transparente et mate. Nous en faisons des miroirs. Ils reflètent l'ombre plus que l'image des êtres et des choses.

19-08-2019

J'ai été plongé dans un univers fabuleux : celui du règne minéral, où les pierres naissent, grandissent, évoluent et vivent. Je les ai entendus respirer et bouger à un rythme infiniment lent. Je les ai entendus parler des étoiles à leurs cousins. Je vous assure que c'est ce que je ressentais. Roger Caillois partage son amour des pierres avec poésie et tendresse. Par sa simple description, il nous ramène à des temps où nous étions absents, ceux du lent refroidissement de la planète, porteurs de ces merveilles que nous découvrons aujourd'hui, avec ce petit clin d'œil aussi pour d'autres temps, ceux en lesquels nous croyons et dont nous serons à nouveau absents. Ce qui est à la fois beau et terrifiant. Avez-vous besoin de connaître la géologie, les minéraux pour vous immerger dans ce livre ? Agates, pyrites, béryles blancs, hématites ou cristaux, personnellement, je n'en sais pas beaucoup sur eux, ce qui ne m'a pas empêché de rêver beaucoup, comme ces sages asiatiques qui sont blessés dans la contemplation de leurs pierres de rêve. La description est méticuleuse et le ton enthousiaste. Quel délice !

18-08-2019

"Je suis belle, ô mortels ! Comme un rêve de pierre - C. Baudelaire", la beauté extatique des langues lapidaires ! Françis Ponge déplore le manque de profondeur des choses dans l'esprit des hommes. Oui, les pierres méritent mieux que l'acier dans nos outils. Matériel pour la main, matériel pour l'esprit. Nous devrions penser aux pierres comme nous pensons aux autres pays. La matière n'est-elle pas plus dense pour notre esprit que le monde fait taire les pierres, métamorphose le silence par la métaphore du sommeil ? "N'appartenir pas à la terre, mais au rocher, c'est un grand rêve... "G. Bachelard (La Terre et les rêves de volonté). L'attachement naturel de l'homme est à la terre, mais se pourrait-il que dans le cœur des pierres se trouvent les voies de son âme ? Espaces infinis, espaces de turbulences poétiques. "La poésie est un lien entre les opposés", a écrit Bachelard. "rêver le minerai à la manière de la Côte d'Azur et rêver le ciel bleu à la manière d'un minéral. L'unique et l'universel, l'instantané et le permanent, l'abstrait et le concret, le sommeil et la nature, le repos et le mouvement, la hauteur et la profondeur, la profondeur et les surfaces se combinent en harmonie au sommet des valeurs. "déduit Edmundo Morim de Carvalho. Il y a du ciel, de l'ombre, de la sève, du spectre, du souffle, du parchemin, du rideau, de la lumière, de l'obscurité, de l'éblouissement, du rêve, du rythme, de la transparence, du mouvement, de l'abîme dans le paysage infini des pierres. Dans son espace, la pierre n'est ni froide, ni dure, ni tranchante. Dans l'étroitesse de notre réalité, il en devient ainsi. Nous devons entrer dans la permanence, dans la pleine réalité de la pierre. Un regard incertain vous permet d'y entrer. Roger Caillois, le garçon qui a traversé les ruines de Reims, est un fabuleux randonneur. Il devrait être suivi de béryl blanc, en dentrite, quartz en hématite, pyrite en silice, sables en ammonite, Septaria en Jaspe. Observez "l'écriture des pierres" pour nous inviter à lire les "structures du monde". Géométriquement inapplicables, ils révèlent un ordre qui permet d'entrevoir des "formes concevables de perfection", la loi de l'équilibre. Le chaos luminescent qui les a causés nous est inconnu, inconcevable pour nous. Ils datent d'une époque qui ne peut pas exister pour nous. Pression, fusion, déflagration,... Quels mots suffiraient pour atteindre ce qui nous dépasse ? Ces "énergies plus brutes, sans instinct ni sagesse, qui sont au-delà de la vie", ces "pyrotechniques immobiles dans une nuit pétrifiée". "Les pierres n'en témoignent que par leur témoignage. ». Ils ont leur propre mémoire, ils sont plus vieux que la vie. Que cette vie que nous nommons si tôt et qui est notre seule essence. Ils sont d'avant ce que nous sommes mais ils sont aussi la totalité de ce que nous n'avons jamais arrêté et ne cesserons jamais d'être : la poussière d'étoile. "C'était une particule de poussière où un monde était offert" (Encrier-Montagne de Mi Fou). "Je fais référence aux pierres nues, à la fascination et à la gloire, où un mystère plus lent, plus grand et plus sérieux est caché et en même temps révélé que le sort d'une espèce qui passe. Naturellement remarquable, extraordinaire, merveilleux, grand, grand, rare, unique dans son étrangeté, multiple dans son unicité. Nous n'avons pas de réponse à donner aux pierres. C'est le seul signe possible de notre parenté impossible. A travers les paroles de Roger Caillois, avant son déploiement, avant sa taille, nous en venons à nous reprocher de pouvoir donner la vie à une si petite échelle humaine. Les pierres ont leur royaume, elles ont leur vie. Vie minérale. Mais un acte de vie. Ils génèrent, ils bougent, ils bougent, ils bougent, ils avalent, ils aiment, ils repoussent, ils s'effritent, ils disparaissent, ils durent, ils refroidissent, ils fondent, ils se réchauffent, ils résonnent, ils explosent, ils se superposent, ils explorent, ils brushent, ils percent, ils jouent, ils ondulent, ils se superposent, ils tournent, ils parade, ils précipitent, ils tombent, ils versent et parfois il leur suffit qu'un simple son les sépare. "à leur manière, avertissent l'esprit qu'il existe des lois plus larges régissant à la fois l'inerte et l'organique. ». Là "où s'inscrit et se résume tout le destin de la tentative artistique". C'est la collection de pierres : "tout le répertoire, le bruit et l'opulence des formes libres". Et tout ce qu'il faut, c'est "une zone presque incolore pour que le miracle soit sensible". Les pierres dans les mots de Pierre Caillois respirent. Un nodule d'agate peut contenir le début d'une vie. Une eau antérieure, un gaz enfermé là-haut depuis la création du monde. Et en changeant la température il est possible de voir ce noyau d'agate battre sous l'effet de son expansion. Phénomène inorganique pour notre réalité, et pourtant le cœur de la pierre commence à battre... "le flux inexplicable et le va-et-vient d'une mer immense et solitaire, sans lune ni rivages". le mouvement est un symbole de vie. "Rien de tout cela ne peut arriver dans la réalité..." Pourtant, la perméabilité constante des volumes et des vides étoilés nous permet d'imaginer que tout a toujours été présent. Et il est naturel pour les pierres d'inventer l'homme en mouvement. "Les immortels savent comment créer des sites, les pénétrer, disparaître en eux. Ils n'ont qu'à dessiner et peindre : une montagne émerge." "Laisser la nature passer par elle-même n'est pas à l'homme d'essayer ou de faire semblant de revenir au nerf ou à l'inertie, ni d'essayer de se résigner aux pouvoirs qui sont tombés sur lui. Au contraire, il s'agit de les approfondir, de les exalter et de les forcer à assumer de nouveaux devoirs. Celui qui ne comprend pas les pierres se vantera toujours de les posséder. Aucun d'entre eux ne vous appartiendra. Les pierres proviennent d'un autre royaume, celui de l'ensemble. Même si une pierre est cassée, elle reste toujours telle quelle. Astrid Shriqui Garain

Roger Caillois

Gallimard

Gallimard est un groupe d'édition français, fondé en 1911 par Gaston Gallimard, et issu des éditions NRF créées en 1908 par Gide et sa famille. Le groupe Gallimard est considéré comme l'un des plus importants éditeurs français et a remporté de nombreux prix Goncourt, Nobel de littérature et Pulitzer dans son catalogue d'auteurs.