Une leçon de morale
  • Éditeur: Gallimard
  • Rencard:
  • Langue: Frances
  • ISBN: 2070322106
  • Tags: aphorismes, poésie surréaliste, poésie française, poésie, combat,

Télécharger le livre Une leçon de morale gratuitement en français gratuitement

"Ce nouveau recueil de vingt-sept poèmes inédits, pour la plupart inédits, marque un moment important dans la vie de l'auteur et dans son œuvre : "Je voulais être un moraliste", dit-il dans sa préface. Combien de fois ai-je dû me répéter, avec cette obstination absurde du combattant discipliné : "Ce qui est mal vous fait souffrir ou fait souffrir les autres, mais ce qui est bien est juste et harmonieux et sage, en tous sens ; vous le savez, ne faites pas d'absurdités. Parce que la tromperie avec le bien est toujours plus possible que de garder votre mauvaise tromperie avec la vie, on ne trompe pas la mort." Combien de fois ai-je changé l'ordre de ces poèmes, retournant au bien ce qui était mauvais, et vice versa ? était-ce le lendemain soir ou le lendemain soir le jour ? Je suis d'humeur changeante, mais ni l'aube ni le crépuscule ne trébuchent jamais. Ils transforment le mal et doivent être mis au bien. Et bien sûr, sans tout perdre. (Bulletin NRF n° 30, décembre 1949)

Paul Éluard

Paul Éluard

Nationalité : France Né à : Saint-Denis, le 14/12/1895 Mort à : Charenton-le-Pont, 18/12/1952 Biographie : Paul Éluard, dont le vrai nom est Eugène Émile Paul Grindel, (à l'âge de vingt et un ans, il a choisi le nom Paul Éluard, hérité de sa grand-mère, Félicie), est un poète français. Contraint d'interrompre ses études pour retrouver une santé gravement menacée (1912), il séjourne dans un sanatorium. Là, il a rencontré une jeune femme russe qu'il a appelé Gala. Impressionné par sa forte personnalité, c'est d'elle qu'il tire sa première impulsion de poésie amoureuse. Il l'épousa au début de 1917. Malgré sa mauvaise santé, il se mobilise en 1914 et publie ses premiers poèmes, marqués par son attachement aux idées pacifistes ("Le Devoir et l'Inquiétude", 1917 ; "Poèmes pour la paix", 1918). Après la Grande Guerre, il rencontre Breton, Aragon, Sopault, Tzara, Magritte, Man Ray ou Miró, et participe au mouvement dadaïste (Animaux et leurs hommes, hommes et animaux, 1920 ; Les besoins de la vie et les conséquences des rêves, 1921), avant d'être admis dans le groupe de littérature et de participer à l'aventure surréaliste (Die, Do not die, 1924). En 1928, il retourne au sanatorium accompagné de Gala. Et c'est là qu'il l'a quitté pour Salvador Dalí. Peu après, lors d'un voyage autour du monde, il rencontre Maria Benz (Nusch), qui devient sa muse et inspire quelques-uns de ses plus beaux poèmes d'amour ("Capitale de la douleur", 1926 ; "Love, Poetry", 1929 ; "Immediate Life", 1932). Entré au Parti communiste en 1926 et exclu en 1933, il milite néanmoins pour une poésie sociale accessible à tous ("Les Yeux fertiles", 1936 ; "Cours naturel", 1938) ; "Donner à voir", 1939), se prononce en faveur de l'Espagne républicaine (Victoire de Guernica, 1938), rejoint la Résistance et publie plusieurs livres cachés (dont Poésie et Vérité 42, 1942, dont le célèbre poème "Liberté" ; "Les Sept Poèmes d'amour et de guerre", 1943 ; "Les armes de la douleur", 1944). La mort de Nusch en 1946 le plongea dans le désespoir, mais en 1948 il rencontra Dominique, qui devint son dernier compagnon et pour qui il écrivit la collection "Le Phénix" consacrée à la joie trouvée. Eluard succombe à une crise cardiaque. Le gouvernement rejette les funérailles nationales. Aragon, Picasso, Cocteau, entre autres, assistent à ses funérailles + Voir plusSource : Ajouter des informations

Critiques

19-09-2019

De belles formules décorent les pages de cette collection. Comme les aphorismes... Nous lisons une phrase, faisons une pause dans le livre et réfléchissons. J'aime beaucoup ce genre de lecture courte mais intense. On retrouve le sens de l'organisation générale très frappant de Paul Eluard et cette façon unique de mêler des dualités complémentaires. Un classique de la poésie qu'il ne faut pas négliger.

18-09-2019

Publiée en 1949, Une leçon de Morale se compose de deux parties. Le premier évoque le profond désespoir dans lequel se trouve le poète après la mort de Nusch, mort d'une hémorragie cérébrale et compagnon pendant dix-sept ans. Mort omniprésente à ses côtés, Eluard considérait fortement le suicide. Cependant, il essaie de trouver dans le malheur quelques raisons de survivre : "Le mal doit être vaincu. Et par tous les moyens nécessaires, sans tout perdre. Contre toute morale résignée, nous dissipons la douleur et l'erreur. Depuis que nous avions confiance. Je voulais nier, pour anéantir les soleils noirs de la maladie et de la misère, les nuits saumâtres, tous les égouts des ombres et du hasard, la mauvaise vue, la cécité, la destruction, le sang séché, les tombes. Même si j'avais eu un seul moment d'espoir dans toute ma vie, je me serais battu dans cette bataille. Même si je dois le perdre, parce que d'autres le gagneront. » Les poèmes de ce recueil sont principalement composés comme suit : Pour le mal, pour le bien. La deuxième partie, beaucoup plus courte, rassemble les poèmes politiques de la Grèce que Ma Rose de Raison a écrits au cours de son voyage de 1949 : comment survivre au deuil, à l'absence de chair, au vide, à la douleur ? peut-on surmonter l'angoisse quand rien ne semble nous arrêter ? avons-nous le droit de le faire ? Eluard explore les variations de la douleur et l'anéantissement du bien et du mal, une sorte de le meilleur dans le pire... Même rétrospectivement, 15 ans après l'avoir lu pour la première fois, je trouve ces poèmes toujours aussi émouvants. Je manque de mots et probablement aussi un peu d'objectivité, car ce livre marque non seulement une rencontre littéraire, mais une rencontre, un sens, une raison au-delà de tout. Inoubliable.

Paul Éluard

Gallimard

Gallimard est un groupe d'édition français, fondé en 1911 par Gaston Gallimard, et issu des éditions NRF créées en 1908 par Gide et sa famille. Le groupe Gallimard est considéré comme l'un des plus importants éditeurs français et a remporté de nombreux prix Goncourt, Nobel de littérature et Pulitzer dans son catalogue d'auteurs.