Vents / Chronique / Chant pour un équinoxe
  • Éditeur: Gallimard
  • Rencard:
  • Langue: Frances
  • ISBN: 2070302474
  • Tags: fantastique, ironie, poèmes, poésie française, recueil de poèmes,

Télécharger le livre Vents / Chronique / Chant pour un équinoxe gratuitement en français gratuitement

Les voici mûrs, ces fruits d'un sombre destin De notre rêve, de notre sang nourri, et qui tourmentaient la pourpre de nos nuits, ils sont les fruits d'un long souci, ils sont les fruits d'un long désir, ils étaient nos complices les plus secrets et, souvent proches de la confession, ils nous sortaient pour leurs fins du trépas de nos nuits...etc. A la lumière du soleil, tout est en votre faveur ! Ici ils sont mûrs et sous pourpres, ces fruits d'un destin impérieux nous n'y trouvons pas notre volonté.

Saint-John Perse

Saint-John Perse

Nationalité : France Né à : Pointe-à-Pitre, Guadeloupe, 31/05/1887 Il est mort dedans : Péninsule de Giens, 20/09/1975 Biographie : Saint-John Perse, pseudonyme de Marie-René Auguste Alexis Leger[prononcer Leuger], est un poète et diplomate français. De par son ascendance maternelle, il est issu d'une riche famille créole blanche installée de longue date aux Antilles, tandis que son père est issu d'une famille d'avocats établie en Guadeloupe depuis 1815. Après une enfance idyllique, passée dans un environnement protégé et une nature exubérante, le jeune créole vécut en 1899 l'événement qui marquera à jamais sa psyché créatrice : le départ de toute sa famille vers la France, devenant avant tout un exilé. En France métropolitaine, les Léger s'installent à Pau, où Alexis, brillant lycéen, s'adapte progressivement à son nouvel environnement. Après avoir obtenu son baccalauréat en 1904, il commence ses études de droit à Bordeaux, tout en suivant des cours de médecine, de littérature et de philosophie. En 1909, il publie pour la première fois dans la NRF "Images à Crusoé", une variation poétique et évocation de la figure essentielle de l'exil, basée sur le mythe littéraire fondé par Defoe. "Éloges", premier recueil publié en 1911 sous le nom de Saint-Léger Léger, a marqué les esprits par son ton original. En 1914, il passe l'examen d'entrée au ministère des Affaires étrangères et y entame une carrière administrative, puis véritablement diplomatique à partir de 1916, année où il est nommé secrétaire de l'ambassade de la légation française à Beijing. Il est resté en Chine jusqu'en 1921, occupant divers postes consulaires. C'est en 1924 que l'une de ses œuvres principales, "Anabase", est publiée sous le pseudonyme de Saint-John Perse. Entre 1925 et 1932, sa carrière diplomatique se consolide, Saint-John Perse devient le bras droit d'Aristide Briand, forgeant avec lui une politique d'apaisement des relations internationales par la signature de pactes et d'alliances, dont le célèbre Pacte Briand-Kellog d'avril 1928. En 1940, il est mis en permission et décide de s'exiler aux Etats-Unis. Il a publié ses autres grandes collections "Exile" (1942), "Winds" (1946) et "Bitters" (1956) respectivement. Il revient en France en 1957, lorsqu'on lui offre une splendide villa dans le Var sur la presqu'île de Giens. Il est resté alternativement en France et aux États-Unis, épousant une Américaine en 1958, Dorothy Milburn Russel. Son travail a atteint un public international de plus en plus large et a reçu le prix Nobel de littérature en 1960 + See moreSource : Ajouter des informations

Critiques

22-05-2019

Parmi les textes, Vents semble être un travail exigeant, mais en tout cas, il est bon de se laisser lire par les mots de Saint John-Perseus.

21-05-2019

Oh, c'est magnifique ! Plus je le lis - plus je le goûte, à l'infini, comme un nectar de bonheur - et plus j'en ai la chance devant une beauté indescriptible. La poésie vient d'un autre monde, d'un autre univers : elle ne se "critique" pas elle-même, elle n'est qu'une tentative de partager des émotions intenses et intimes.

20-05-2019

Vents est un magnifique recueil de poèmes de Saint John Persia. Ses textes, s'ils semblent à première vue hermétiques, sont si beaux qu'ils transportent le lecteur vers des sensations d'une force et d'une intensité incomparables. Lire ces textes, c'est se retrouver en terres lointaines en présence de personnages mi réels, mi-fantastiques.

19-05-2019

St. John Persia à son apogée...- RELECTURE - Lors d'une séance de dédicace (merci à Atila Editions !) la semaine dernière, le grand Jacques Abeille a prononcé cette belle phrase (en substance) : "Ce n'est qu'au fil des années que l'on réalise l'opportunité d'avoir été baigné par Saint-John Perse et Frédéric Dard" ? Nous sommes tout à fait d'accord... Grâce au grand styliste, un désir insatiable de relire l'œuvre de Saint Jean Perse, mon poète préféré, de loin, depuis le lycée - et je relis souvent après - m'a saisi. Avec "Vents" en 1945-46, le souffle épique est probablement à son apogée, plus fort que dans "Anabase", que j'ai eu l'occasion de disséquer une fois avec un autre grand styliste, Jean-Marc Agrati, et peut-être moins précieux que dans le formidable "Amers". L'ironie, saine, y fait aussi son apparition, discrètement : " Il y avait des vents très forts dans le monde entier, Vents très forts dans la jubilation autour du monde, qui n'avait ni zone ni abri, Ils n'ont pas été prudents ou mesurés, et ils nous ont quittés, des hommes de paille, L'année de la paille en route... Ah, oui, des vents très forts de tous les côtés de la vie, sentant le pourpre, le cilice, sentant l'ivoire et le fragment, sentant le monde entier des choses, Et qui a couru à votre service dans nos meilleurs vers d'athlètes, poètes, C'étaient des vents très forts qu'ils cherchaient dans toutes les pistes de ce monde, Surtout les choses périssables, surtout les choses saisissables, surtout le monde des choses...""Au chant des hauts récits de la mer, ils ont marché leur goût des enchères, de la faillite ; ils ont eu, en toutes grèves, de grandes catastrophes intellectuelles, Et dans les pas pressés de l'après-midi, ils ont institué un nouveau style de grandeur dans lequel nos actes futurs se sont élevés ; (...) Ils ont infesté de nouvelles idées la laine noire des typhons, le ciel bas où voyagent de beaux édits de proscription, (...) "Avec "Chronicle" en 1959-1960, lors de la réception du prix Nobel, nous sommes dans la conclusion du travail (il ne sera bientôt plus possible de lire "Les oiseaux") presque bizarre. Des prédateurs, bien sûr ; et nous tenions nous-mêmes nos lettres de franchise - tant de sanctuaires éventrés et de doctrines exposées, comme des femmes aux hanches découvertes ! Enchères sur les quais de corail noir, affiches brûlées sur toutes les routes, et nos cœurs le matin comme des champs de foire... (...)" Nous n'avons aucun droit à la propriété foncière. Qui connaissait notre âge et le nom de notre homme ? Et qui contesterait nos lieux de naissance ? Avec le même nom, l'ancêtre, et sa gloire, ne laissant aucune trace. Nos œuvres vivent loin de nous dans leurs jardins foudroyés. Et nous n'avons aucun rang parmi les hommes du moment. (...)" Vieillesse, nous voilà. Une citation prise, et depuis longtemps, avec cette heure d'une grande importance : "Toujours aussi surprenante, toujours aussi inspirante, cette poésie d'une force extraordinaire continue à irriguer les sens et l'intelligence des lecteurs et des écrivains.

Saint-John Perse

Gallimard

Gallimard est un groupe d'édition français, fondé en 1911 par Gaston Gallimard, et issu des éditions NRF créées en 1908 par Gide et sa famille. Le groupe Gallimard est considéré comme l'un des plus importants éditeurs français et a remporté de nombreux prix Goncourt, Nobel de littérature et Pulitzer dans son catalogue d'auteurs.