Confessions d'une fan de Jane Austen
  • Éditeur: Milady
  • Rencard:
  • Langue: Frances
  • ISBN: 2811211519
  • Tags: serie, roman, fantastique, roman d'amour, chick lit,

Télécharger le livre Confessions d'une fan de Jane Austen gratuitement en français gratuitement

Après avoir essayé de guérir son engagement brisé envers les romans de Jane Austen, Courtney Stone se réveille non pas dans sa chambre de Los Angeles, mais dans l'antichambre d'une femme anglaise de la Régence. Courtney n'est pas seulement piégée dans la vie d'une autre femme, elle est forcée de faire semblant d'être elle-même... Et même son amour pour les romans de Jane Austen ne l'avait pas préparée aux inconfortables urinoirs et voitures du 19e siècle, encore moins à la réalité d'être une femme seule entourée d'accompagnateurs, de gens curieux et de mariages pratiques, lorsque le mystérieux M. Edgeworth fait irruption et lui laisse des souvenirs qui ne lui sont pas personnels. Impertinente, intelligente et soudain seule Courtney Stone est la fille typique de LAEnfin, jusqu'à ce qu'elle se réveille un matin en Angleterre en ce moment Regency dans le corps de Jane Mansfield, au début elle pense qu'elle devrait rêver - elle a peut-être lu tous les livres de Jane Austen encore quelques fois - mais avec le temps, elle réalise que beaucoup reste à appréhender : un nouvel accent, un nouveau corps, une nouvelle et désagréable "mère", et plus excitant, un nouvel homme dans sa vie : le beau et séduisant Charles Edgeworth. Mais est-il un Darcy, un Wickham, ou juste une distraction déconcertante ? Alors que Courtney poursuit son voyage dans le champ de mines de la vie sociale de Jane Austen en Angleterre, elle se demande si elle reviendra un jour à sa vie du 21e siècle et sur la côte Ouest - et si elle le veut vraiment.

Laurie Viera Rigler

Laurie Viera Rigler

Nationalité : Etats-Unis Biographie : Laurie Viera Rigler est une éditrice et romancière indépendante. Elle dirige des ateliers d'écriture à la librairie Vroman's Bookstore, la plus grande et la plus ancienne librairie du sud de la Californie. Elle est l'auteur de deux romans : Confessions of a Jane Austen Addict Fanatic (Confessions of a Jane Austen Addict, 2008) et Tribulations of a Jane Austen Fanatic (Rude Awakenings of a Jane Austen Addict, 2009). Laurie vit à Los Angeles et est membre de la Jane Austen Society of North America. Ajouter des informations

Critiques

06-12-2019

[Extrait] Rire est presque ce qui m'est arrivé quand j'ai lu ce roman. En fait, même si c'est une romance assez plate (premier défaut, mais vite oubliée par ce qui suit), j'ai adoré redécouvrir la vraie vie victorienne à travers les yeux de Courtney. J'avais l'impression d'être elle parce que je réagissais aux "nouveautés" de son environnement : l'odeur du pot, les différentes phrases, le manque d'hygiène, le simple plaisir de lire un livre à la chandelle, la médecine de l'époque à base de sangsues, les repas gigantesques, l'inconfort de voyager en chaises bercées... Ce sont des petits détails très simples qui marquent la différence entre un bon livre et un livre brillant, à tel point qu'il n'est pas versé dans la fantaisie mais dans une pseudo-réalité de la vie de l'époque.

05-12-2019

[Extrait] Bref, assez parlé, où en étions-nous ? Oh oui, mon avis sur "Confessions of a Jane Austen Fan" de Laurie Viera Rigler ! Je n'ai pas trop réfléchi avant de décider de lire ce livre, car son titre fait référence à mon deuxième auteur préféré. Quand j'ai découvert que c'était Courtney, une jeune femme de notre temps qui se réveille dans le corps d'une femme victorienne de trente ans (et célibataire), j'ai été encore plus heureuse de découvrir cette nouvelle nouveauté de Milady Romance : elle me rappelle la série TV "Pride and Misunderstandings" qui est si drôle !

04-12-2019

"Confessions of an Addict to Jane Austen" est un bon roman léger à lire le dimanche après-midi. Il est très facile à lire, parfois même amusant, ce livre vous met évidemment de bonne humeur. Il me semble qu'il est historiquement assez fidèle, les personnages sont très colorés et nous avons même le privilège de rencontrer Jane Austen elle-même à travers des pèlerinages à l'héroïne ; je la recommande vivement ! "Rude Awakenings of a Jane Austen Addict" m'a déçu. C'est le même principe que "Lost In Austen" mais l'inverse : ici, l'héroïne se trouve à Los Angeles au 21ème siècle. Mais je pense qu'elle s'adapte très facilement ; au lieu de cela, elle l'aurait littéralement perdu avec la découverte des technologies, des voitures, des changements de coutumes, etc... Mais il est encore si léger et agréable à lire malgré quelques détails répugnants (le problème des menstruations est abordé dans les deux livres, mais nous aurions bien pu le faire sans les détails de lol) !

03-12-2019

J'ai adoré être dans cet univers qui nous montre l'autre facette de la scène mondiale de Jane Austen. Un esprit du 21e siècle dans un corps du 19e siècle est hilarant ! Je l'ai lu deux fois et j'ai été heureux de trouver les références "Austen" auxquelles je suis accro ;)

02-12-2019

Je poursuis ma découverte de la "série dérivée des œuvres de Jane Austen" à travers ce roman, qui n'est pas une réécriture de ses œuvres, mais les aventures d'une de ses plus assidues fans, Courtney. Celui-ci est projeté à l'époque de son auteur préféré, dans le rôle de Jane Mansfield, une autre de ses fans. L'intrigue est très classique, à mon avis : Jane/Courtney se réconciliera-t-elle avec l'homme qu'elle aime, qui semble provenir directement d'un roman de son auteur préféré, les malentendus qui les ont séparés seront-ils résolus ? Ce livre est aussi une façon de dresser un portrait de la société anglaise du XIXe siècle, de son hygiène, très différente de la nôtre, mais aussi de l'importance accordée au corps, avec ou sans limites, qui sont très loin des autres. Il ne faut presque rien pour que la réputation d'une jeune femme (ou d'une vieille femme dans le cas de Jane, je dirais) soit détruite, et certaines personnes semblent n'avoir d'autre occupation que d'espionner les actions des autres, alors que d'autres sont autorisées à les surveiller de près. Bien sûr, le livre est basé sur un postulat fragile (l'échange des corps) et il faut accepter la dimension merveilleuse de l'histoire pour l'apprécier. Cependant, j'aurais aimé que le résultat soit moins abrupt et je vais lire le presque jumeau de ce volume : Tribulation of a Woman de Jane Austen.

01-12-2019

Grande admiratrice de Jane Austen, Laurie Viera Rigler s'est également lancée, entre deux relectures de la pièce en anglais, dans l'écriture de deux romans qui se veulent divertissants et qui plairont sans doute aux fans de Pride and Prejudice et de compagnie. Un voyage sans prétention, historiquement bien documenté, souvent amusant et parfois attachant dans le temps. Pas une lecture impeccable et pas inoubliable, mais Confessions of a Fan de Jane Austen est une romance agréable à explorer en été, bien assise sur le canapé. La prémisse de base est simple : une jeune Américaine d'une trentaine d'années au 21e siècle se retrouve du jour au lendemain à la place d'un Anglais au début du 19e siècle. Seulement deux siècles d'intervalle, mais c'est une journée entière pour apprendre à s'adapter à nouveau. Contrairement à l'héroïne de la mini-série Lost in Austen, à laquelle je n'avais pas réussi à attacher autant de ce qu'il me restait d'elle, Courtney est ici une jeune femme qui utilise son amour pour Jane Austen - et donc sa connaissance du contexte du roman - pour mieux incarner une certaine Jane Mansfield, trente ans et une bonne famille qui, malheureusement, ne trouve pas encore de mari, face au grand désespoir de sa mère. Elle a besoin d'un peu de temps pour s'adapter à sa nouvelle vie, au début elle fait quelques petites erreurs, surtout dans la langue, mais finalement elle s'en sort assez bien. Et c'est crédible. Contrairement à l'héroïne de la mini-série, une soi-disant grande fan du travail d'Austen mais qui ne peut pas mettre un pied devant l'autre sans commettre une erreur incommensurable. J'ai donc eu le plaisir de suivre cet Américain contemporain dans cette Regency England. Courtney/Jane n'est pas une figure très en vue (je l'oublierai bientôt) mais elle fait partie de ces héroïnes qui me convainquent grâce à son caractère réfléchi et qui posent avec une petite touche de rébellion si nécessaire. J'ai été très touchée par leur passé affectueux et par le fait que nous avons découvert les pots-de-vin les uns après les autres grâce à leurs souvenirs du XXIe siècle. Son histoire douloureuse est peut-être un peu exagérée, mais je m'y suis reconnu (ce n'est donc pas un cliché), j'ai compris ses doutes, ses angoisses et ses espoirs d'un nouveau départ dans un contexte plus ou moins rêvé. Plus ou moins rêvé, c'est le moins qu'on puisse dire. Les romans de Jane Austen et leurs fidèles adaptations suggèrent quelques difficultés dans la vie de l'époque, mais aucun d'entre eux ne se concentre sur les vrais inconvénients de la vie quotidienne au début du XIXe siècle... et Courtney les a payés rapidement ! Hygiène approximative (quelle bonne odeur corporelle !), pas d'eau courante, pas de toilettes (vive le pot !), des vêtements horriblement inconfortables et impossibles à mettre seuls... Notre pauvre héroïne ici présente sera confrontée à une réalité historique assez bien faite et comprendra avec une certaine intensité les problèmes rencontrés par une femme à l'époque de Jane Austen. Un peu féministe dans l'âme, Courtney ne réussira guère à créer des scandales dans cette société patriarcale et à créer des syndicats pour améliorer les conditions de vie de ses servantes. Laurie Viera Rigler a fait des recherches et s'est entourée d'historiens spécialisés, ce qui se reflète dans la lecture et permet une certaine tranquillité aux gens un peu difficiles (je déteste regarder le ciel tomber dans l'anachronisme dans un roman appelé historique). Évidemment, Courtney/Jane devra non seulement rester avec sa mère insupportable et son père discret (un M. Bennet bis), mais il devra apparaître dans la société et apprendre à évoluer avec des gens plus ou moins familiers (surtout moins pour elle, car elle n'a aucun souvenir de Jane). Si la sœur et le frère Edgeworth sont agréables à découvrir, le premier pour leur gentillesse et leur gentillesse naturelle, le second en tant que prétendant sérieux ; ils sont encore assez ennuyeux. Enfin, les personnages secondaires sont très bien dessinés, ils sont agréables à voir, mais pas inoubliables, surtout Charles Edgeworth, qui ne m'a pas réchauffé ou refroidi et qui manque de charisme, à mon humble avis. Laurie Viera Rigler offre aux fans de Jane Austen l'occasion de rencontrer la jeune femme à Londres au moment où son héroïne, à l'écoute d'une conversation, perçoit le nom de son auteur préféré et le chasse presque dans les rues de la capitale. La conversation est un peu incohérente et je ne suis pas sûr d'avoir apprécié les réactions de Mlle Austen, mais je remercie quand même l'auteur, juste pour le clin d'œil. Le dernier point de ce premier volume est le voyage dans le temps et son aspect de science-fiction. Le dernier

Laurie Viera Rigler

Milady

La collection Milady a été créée en 2008 par les éditions Bragelonne en référence à Milady de Winter, personnage du roman Les Trois Mousquetaires. Milady était à l'origine la collection de poche de Bragelonne, destinée à élargir la gamme des genres (fantastique, science-fiction, horreur, bit lit), mais elle s'est progressivement imposée comme une maison d'édition à part entière avec la publication d'ouvrages inédits.