Merci pour les souvenirs
  • Éditeur: Flammarion
  • Rencard:
  • Langue: Frances
  • ISBN: 2081237466
  • Tags: chroniques, mystère, roman, fantastique, roman d'amour,

Télécharger le livre Merci pour les souvenirs gratuitement en français gratuitement

Après un accident qui a bouleversé sa vie et détruit son mariage, Joyce Conway ne doit sa vie qu'à une transfusion de sang. Elle peut parler pendant des heures des rues pavées et sinueuses de Paris, une ville qu'elle n'a jamais visitée, ou parler d'architecture baroque... Et chaque nuit, elle rêve d'une blonde... Depuis, Joyce n'a qu'un seul but : découvrir à tout prix ce que son sang lui a donné, en espérant comprendre ce qui se passe. Et trouver le charmant Américain qu'elle a rencontré le jour de sa sortie de l'hôpital.

Cecelia Ahern

Cecelia Ahern

Nationalité : Irlande Né à : Dublin, 30/09/1981 Biographie : Cecelia Ahern est une romancière irlandaise. Elle est la fille de l'ancien Premier ministre irlandais (Taoiseach) Bertie Ahern. A l'âge de 21 ans, Cecilia publie son premier roman : PS. Je t'aime. Le succès ne se fait pas attendre : son premier roman est le best-seller en Irlande pendant 19 semaines, mais aussi au Royaume-Uni, aux Etats-Unis, en Allemagne et aux Pays-Bas. Il a même été adapté pour le cinéma. Elle a participé à des recueils de nouvelles vendus à des organismes de bienfaisance comme Irish Girls are Back in Town et Ladies' Night. Son deuxième livre Where Rainbows End (en français, La vie est un arc-en-ciel) a remporté le prix allemand CORINE et a également été adapté pour le cinéma (Love Rosie). Elle est titulaire d'un diplôme en journalisme et communication du Griffith College de Dublin. Cecilia a une sœur aînée, Georgina Ahern, dont le mari, Nicky Byrne, est membre du groupe de garçons irlandais Westlife. En 2000, elle faisait partie du groupe pop Shimma, qui a terminé troisième de la finale nationale irlandaise du concours Eurovision de la chanson. Il coproduit la série télévisée américaine Samantha Who. Ajouter des informations

Critiques

19-09-2019

Pas un béguin, mais j'ai vraiment aimé ça. Si je dois lire "romance" ou "littérature féminine", c'est exactement ce que je veux lire ! J'avais hâte de relire un texte de Cecilia Ahern après être tombée amoureuse de PS : Je vous aime et j'ai profité de la lecture conjointe de Tête de Litote pour faire sortir ce roman de mon PAL. Et même si je n'aimais pas autant que PS : I Love You, j'ai quand même aimé lire et passé un bon moment avec Joyce, son père, Justin et sa famille. En même temps, nous suivons deux "familles" liées parce qu'elles deviennent l'héroïne Joyce. Il y a donc d'abord Joyce (à Dublin) qui vient d'avoir un accident aux conséquences dévastatrices, son retour chez son père Henri, on apprend qu'elle a perdu sa mère 10 ans plus tôt et on découvre ses deux meilleurs amis Kate et Frankie. Ensuite, nous avons Justin, un bel Américain, expatrié à Londres pour vivre avec sa fille Bea, qui vit actuellement avec sa mère et sa nouvelle amie. Justin donne des conférences occasionnelles à Dublin, l'art est son hobby. On découvre des personnages qui tournent autour de Justin : son frère marié à Doris, son ex-femme, etc. J'ai trouvé les personnages attachants, surtout Justin et Joyce, mais nous avons aussi une belle palette de personnages de soutien avec différents personnages, physique et actions. J'ai très vite pris goût à Joyce parce que c'est surtout elle qui s'exprime et nous avons tout ce qu'elle ressent quand les choses lui arrivent. Tout au long du roman que nous partageons avec elle, peur, désespoir, doute, joie, appréhension, etc., elle vit une série d'émotions. Quant à l'histoire, bien que moins originale que celle que j'ai lue précédemment, je me suis laissé emporter par le jeu de cette expérience que vit Joyce, un peu "paranormale", vivant avec des connaissances et des goûts, avec des souvenirs qui ne sont pas les siens. J'ai particulièrement apprécié le fait qu'elle doutait, qu'elle se demandait si elle ne deviendrait pas un peu folle, qu'elle s'interrogeait sur les réactions des gens si elle avait confiance, ... Quand vous rencontrerez Justin, il se passera quelque chose, mais aucun d'entre eux ne peut encore imaginer ce qui pourrait les avoir liés. Leurs rencontres inattendues, la reconnaissance que Joyce aura quand elle comprendra, leur désir de se rapprocher de Justin, quelques malentendus animeront l'histoire et leur vie. J'ai trouvé les thèmes que j'aime bien dans Cecilia Ahern et qu'elle réussit à transcrire parfaitement, le premier est la relation père-fille, j'avais déjà beaucoup apprécié ce point dans PS : I Love You est encore plus fort et important ici entre Joyce et Henri et dans une moindre mesure entre Justin et Béa. Cette affection que Joyce et Henri ont l'un pour l'autre est très forte, Henri est déjà vieux mais sera un soutien et un pilier pour sa fille. Cette relation m'a particulièrement touchée, sincère et vraie, décrite avec subtilité et délicatesse par Cecilia Ahern ; le deuxième thème est "comment continuer à vivre quand quelque chose de mal vous arrive". Dans Merci pour les Souvenirs, comme dans PS : Je t'aime, l'héroïne doit apprendre à continuer à avancer dans sa vie, et à chaque fois, tout se fait petit à petit sans qu'on s'en aperçoive, grâce à des personnes et des événements extérieurs. Ici, l'amour et l'humour d'un père, le cadeau d'un lien entre elle et Justin, ses deux meilleurs amis qui la soutiendront du mieux qu'ils peuvent, et d'autres choses, feront que Joyce se sentira mieux. Je ne sais pas comment fait Cecilia Ahern, mais je suis convaincue par la façon dont elle raconte ce genre d'histoires, dans lesquelles j'oscille entre rires et larmes, les sentiments sont justes, quand elle est cruelle, elle ne voile pas, elle ne brouille pas la souffrance mais arrive à la rendre plus légère mais non moins forte. Il réussit à infuser ses histoires, qui commencent par le drame, l'optimisme, la sincérité, une touche de folie, l'humour, la joie, tant de choses qui rendent l'histoire forte sans tomber dans le pathos ou la sentimentalité. J'aime beaucoup son style et la traduction est très bien faite, le grand avantage de ce roman : l'humour ! J'ai ri plus d'une fois pendant ma lecture. Il y a des situations ou des lignes vraiment drôles, une sorte de thérapie humoristique (mais ici je vais à Lawiiin). Mon personnage préféré dans ce roman, Henri, le père de Joyce, Henri, fort et fragile, utilisant le sarcasme, l'humour, les anecdotes, la réplication et la parole, est excellent ! Ce roman pourrait être une romance commune, mais non, il a ce quelque chose de plus qui le fait fonctionner, une comédie romantique "mais pas seulement". Parce que non seulement nous avons une histoire d'amour (non traitée comme telle), une grande place est réservée à la famille, l'amitié, la (re)découverte de l'autre, de soi-même,... Complètement le genre de livre "pour filles" (bien que je n'aime pas ce terme) qui

18-09-2019

Après un accident domestique absurde, Joyce a perdu son bébé et a dû subir une transfusion sanguine. Alors qu'elle tente de reconstruire sa vie, elle se rend compte que cette transfusion peut avoir des conséquences. J'aimais ces personnages sympathiques, drôles, sensibles, si proches de nous. Joyce est une femme qui, bien qu'elle semblait avoir tout pour être heureuse, s'interroge après la tragédie, retourne vivre avec son père, pleure la perte de son fils qui ne sera jamais né. Malgré ses doutes et ses malheurs, elle est toujours forte. Les moments où elle pense à l'accident ou au bébé m'ont émue. Justin est un homme divorcé qui fait tout ce qu'il peut avec son ex-femme, sa fille, son frère et sa belle-sœur. Sans parler du médecin qui flirte avec lui et fait même un don de sang pour lui, celui dont l'idée même d'une aiguille lui donne la nausée. Son comportement me dérange parfois, mais en même temps, il est très sympathique envers cet homme. Les personnages secondaires sont grands : le père de Joyce est excellent. J'ai souvent pensé à mon propre père pendant la lecture (moins de pertes de mémoire). Ce père qui a tout fait depuis la mort de sa femme, qui cache qu'il fume sa fille comme un adolescent, qui découvre un monde loin de celui de sa jeunesse. Les amis de Joyce sont formidables, toujours prêts à aider même s'ils se demandent si leur ami n'est pas fou. Ce qui m'a plu dans cette histoire, c'est la proximité du côté le plus proche de nous et la croyance de 400 pages qu'il y a de belles histoires malgré les drames quotidiens. L'écriture est fluide et les passages se succèdent au rythme des émotions : pleurs, rires (la scène de l'aéroport m'a beaucoup amusé), joie, espoir. Une très belle découverte. Je crois que je vais réessayer l'expérience de Cécelia Ahern.

17-09-2019

Des personnages sympathiques et drôles, une histoire accrocheuse. J'ai adoré ma première Cecélia Ahern.

16-09-2019

Après un accident qui a bouleversé sa vie et détruit son mariage, Joyce Conway ne doit sa vie qu'à une transfusion de sang. Mais des phénomènes étranges commencent à se produire. Elle se souvient de choses qu'elle n'a pas vécues. Elle peut parler pendant des heures des pavés, des rues sinueuses de Paris, une ville qu'elle n'avait jamais visitée auparavant, ou parler d'architecture baroque. Et chaque nuit, elle rêve d'une blonde. Dès lors, Joyce n'aura plus qu'un seul but : découvrir à tout prix qui lui a donné son sang en espérant comprendre ce qui lui arrive. Et trouver le charmant Américain qu'elle a rencontré le jour de sa sortie de l'hôpital. J'ai adoré P.D. : Je t'aime, mais cette fois l'histoire est un peu différente. Cecelia Ahern sait faire rire ou pleurer (choix). Elle a un grand talent pour transmettre des émotions. A lire !

15-09-2019

Après Tombée du ciel, c'est le deuxième roman de Cecilia Ahern que je lis. J'ai trouvé son style d'écriture et ce genre de romance qui semble être le sien. J'avais aimé ma première lecture de cet auteur et j'ai adoré ! Joyce est la protagoniste de l'histoire. Après être tombée dans les escaliers, elle a perdu l'enfant dans ses bras, séparé de son mari et aurait perdu la vie sans la transfusion de sang. A partir de ce moment, elle est différente. Elle a des souvenirs et des connaissances qui ne sont pas les siens. Le sentiment est réciproque et ils partageront des moments forts sans les vivre ensemble, donc le roman tournera autour de ces deux personnages très différents mais unis par un étrange coup du sort. J'aimais beaucoup Justin. Quand on le lit, on se rend compte qu'il a beaucoup de défauts (pour me rendre fou) mais j'aime sa connaissance, la façon dont il se parle dans sa tête, sa peur des aiguilles... J'aime aussi sa relation avec sa fille et son humour. Parmi les personnages secondaires, j'aimais beaucoup le père de Joyce. Parfois, c'est ennuyeux, mais c'est tellement touchant et amusant en même temps. C'est un vieil homme ingénieux (bien qu'il perde parfois la tête) et ma citation préférée du livre est de lui : "C'est bien d'être important, mais c'est encore plus important d'être gentil. Le prologue annonce la couleur de l'histoire. Bien qu'il n'ait pas été aussi ému qu'il le devrait, parce qu'il n'était pas encore attaché à Joyce, on sent toute l'intensité et l'émotion que l'auteur y a mises. Le lecteur saisit très vite le rôle de chacun, même si les personnages ne l'ont pas compris par eux-mêmes, et il faut beaucoup de temps avant que les choses bougent. Mais contrairement à d'autres livres où cette lenteur a été un problème pour moi, ici j'ai trouvé le bon rythme et je ne m'ennuyais pas. Dans cette histoire, il y a une narratrice interne, Joyce, et une narratrice omnisciente. J'avais peur que la transition de l'un à l'autre soit dérangeante, comme cela aurait pu l'être dans certaines de mes autres lectures, mais je ne voyais aucun inconvénient. On sent que l'auteur maîtrise son stylo. Un autre point qui aurait pu être un problème pour moi, mais qui ne l'a finalement pas été, l'aspect "fantastique". En fait, certains des souvenirs, des connaissances et des émotions du donneur que Joyce ressent aujourd'hui ne sont pas ce qu'il y a de plus crédible au monde. Mais c'est inhabituel sans être incroyable et j'ai finalement découvert que c'était une idée originale et une valeur ajoutée au livre. Quoi qu'il en soit, c'est une très belle romance, une aventure originale, le tout accompagné de beaucoup d'humour mais aussi d'émotion. J'ai passé un bon moment avec ces gentils personnages, j'étais excité à l'idée d'une rencontre possible, triste quand ça ne s'est pas bien passé... L'auteur a vraiment réussi à me former à son histoire. Contrairement à la "Tombée du ciel", dans laquelle j'avais quelques petits points négatifs à signaler, je n'ai rien à reprocher au "Merci pour les souvenirs". C'était une lecture incroyable que j'ai dévorée. Ce fut un vrai plaisir et je n'arrêterai pas de lire d'autres romans de Cecilia Ahern !

14-09-2019

Une fois de plus, Cecelia Ahern nous offre un roman juste et délicieux. Ce livre aliène le lecteur et le transporte dans de multiples états émotionnels : joie, peur, bonheur, souffrance, hilarité, doute, frustration, bonheur... Joyce souffrira d'un accident qui changera sa vie, un changement douloureux, mais à la fin ce sera un mal pour un bien. Grâce à cela, elle reprendra sa vie en main, elle ne se doutera pas que l'accident en question lui aura fait un cadeau, un cadeau qui va changer sa vie. Ainsi commence l'œuvre, violemment et difficilement, la lecture est suffocante, dure, le lecteur vit avec Joyce son accident et ses doutes. L'écriture est remarquable, oppressante. Ce n'est que le début, le ton s'allège et prend une autre tournure, tout aussi attirante et empathique, mais plus optimiste. Les chapitres alternent entre Joyce et Justin, deux personnes qui ne se connaissent pas, mais qui, malgré elles, se retrouveront attachées de la manière la plus étrange. Ce livre est magnifique, il traite de plusieurs sujets : la relation, la vie de famille, le deuil, les nouveaux départs, les dons de sang... Cecelia Ahern trouve toujours le ton juste, la bonne façon de présenter les choses, sans exagérer ou exagérer les traits, sans cesser d'être naturel. Elle nous offre une dose d'optimisme et de force à travers son livre. On s'attache vite aux personnages : Justin, cet homme maladroit et intelligent, Joyce qui essaie de passer à autre chose, le père de Joyce et sa relation avec sa fille, qui est magnifique, les amis de Joyce, un trio explosif et extra, le frère de Justin qui ne cesse de discuter avec sa femme, mais qui l'aime ? Cecelia Ahern fait à nouveau fonctionner la magie et nous transporte pour une lecture. Elle est une auteure spécialement douée pour parler de sentiments sans tomber dans le sentimentalisme, à découvrir d'urgence !

Cecelia Ahern

Flammarion

Depuis 1876 et sa création par Ernest Flammarion, Flammarion Publishing perpétue la démarche de son fondateur en proposant un catalogue varié, axé sur la littérature sous toutes ses formes et l'univers du savoir. Flammarion est également le premier éditeur de livres d'art en France et propose chaque année au public français plus de 500 nouveaux titres dans les domaines de la littérature générale, de la connaissance, des beaux livres, de la pratique et de la médecine.